Vous êtes nouveau par ici ? Vous voulez apprendre à générer un flux de client très régulier ? Téléchargez notre ebook gratuit et recevez notre formation vidéo

Comment se protéger contre les clients mauvais payeurs

Thomas Leuthard https://www.flickr.com/photos/thomasleuthard/9016988092/sizes/c/

Thomas Leuthard https://www.flickr.com/photos/thomasleuthard/9016988092/sizes/c/

J’aimerais partager cette réflexion suite à une expérience que j’ai vécue. Je pense que tous les freelances ont ou vont rencontrer ce genre de situation à un moment ou un autre dans leur parcours. C’est malheureusement possible de tomber sur une mauvaise personne ou une mauvaise entreprise. Voici mes conseils pour faire face à ce genre de situation.

Avant la catastrophe

Écoutez votre ressenti

Mieux vaut prévenir que guérir. Faites en sorte de mettre en place de bonnes bases de travail avant de commencer avec un nouveau client. Il faut commencer par écouter son ressenti lors des premiers échanges. Cette personne vous inspire-t-elle confiance ? Avez-vous des doutes sur certains points, etc. Si c’est le cas, parlez-en avec d’autres freelances par exemple.

Veillez à ce que la communication soit fluide

Une bonne communication entre vous et votre client, du début jusqu’à la fin du projet (et même plus…) est aussi un point clé. Faites en sorte que les non-dits soient clarifiés au plus vite. S’il y a quelque chose qui ne va pas, faites-le savoir. La plupart du temps, les problèmes se règlent en discutant et en étant vraiment à l’écoute de l’autre.

Mettez vos accords par écrits

N’oubliez pas de mettre vos accords par écrit et de sauvegarder tous vos échanges. Par exemple, après un échange téléphonique, vous pouvez lui envoyer un email récapitulatif et de lui demander une confirmation par email. Cela peut toujours servir en cas de conflit.

Mettez en place un contrat béton

Souvenez-vous en toujours, un contrat n’est pas forcément utile quand tout se passe bien. Le contrat existe justement pour les désaccords ou les conflits. Il faut donc anticiper. S’il y a un incident ou une responsabilité qui n’est pas couvert dans le contrat, rajoutez-le. Un bon contrat ne se fait pas forcément en une fois. Vous pouvez l’améliorer au fur et à mesure. Ce contrat peut inclure entre autres :

  • un calendrier des différentes étapes du projet
  • les responsabilités et obligations de chacun
  • les conditions financières : délais de paiement, prix, pénalités de retard, acompte…
  • comment se déroule la phase de recette (si contrat au forfait)
  • comment résilier le contrat
  • etc.

N’hésitez pas à faire appel à un avocat ou un juriste pour faire un contrat en béton. Profitez également de l’expérience d’autres freelances.

Demandez toujours un acompte ou un paiement échelonné

Si votre contrat est au forfait, un acompte est souvent un premier test pour vérifier le sérieux du client. Quelquefois, on vous demandera un travail en urgence, le client voudra commencer sans passer par la case contrat pour gagner du temps. N’acceptez pas tant que vous n’avez pas un contrat signé ou un acompte. Ça va en freiner quelques-uns, mais cela vous évitera de tomber sur le mauvais client. Dites-vous que ce n’est pas de votre faute si leur projet est en retard.

Si votre contrat est au temps passé, faites-vous payer toutes les deux semaines ou tous les mois pour éviter les mauvaises surprises.

Contrôlez la livraison

Je sais que c’est quelquefois difficile suivant le type de travail, mais essayez de garder un contrôle sur le produit délivré jusqu’au paiement total. Ne livrez pas les sources, gardez-les sur votre serveur par exemple. Mentionnez dans votre contrat que cela reste votre entière propriété jusqu’au paiement final.

Après la catastrophe

Ne stressez pas

On y est ! Le projet a été délivré, mais vous n’avez pas été payé et les délais sont dépassés. Vous n’avez plus de nouvelles du client. Premièrement, soyez relax, ne partez pas au quart de tour. Ce n’est peut-être rien de grave. Il est peut-être parti en vacances, eu une urgence ou il a simplement oublié. Essayez de le contacter pour en parler de vive voix. Sinon envoyez une première relance par email ou bien par courrier postal avec accusé de réception.

Lancez les procédures légales

Vous pouvez envoyer jusqu’à trois relances. Si vous n’avez toujours aucune nouvelle de votre argent ou si vous sentez qu’il vous mène en bateau, envoyez une mise en demeure par courrier recommandé avec accusé de réception. C’est la première étape légale.

Enfin le dernier recours, contactez un avocat pour de possibles poursuites judiciaires. Une lettre de mise en demeure faite par un avocat en dissuadera plusieurs, le prix à payer étant pour le client est beaucoup plus important (amende, etc.). Ce sera aussi un processus beaucoup plus long et usant.

Conclusion

Vous avez des outils à disposition pour éviter ce genre de problème avant de commencer avec un client. Servez-vous de ce ceux-là mais n’oubliez pas non plus votre bon sens et le côté humain. Tout devrait se régler correctement entre personnes civilisées. Si cela ne se passe pas comme prévu, le contrat doit vous guider dans la marche à suivre, le dernier recours étant la poursuite en justice. Est-ce que cela vous est déjà arrivé ? Comment avez vous géré la situation ? N’hésitez pas à partager une expérience ou un conseil dans les commentaires ci-dessous.

Vous avez apprécié cet article ?
Partagez-le avec d'autres freelances !
Partager Twitter +1
Article de <?php the_author() ?>

Loïc est surfeur et développeur freelance full-stack, spécialisé en Ruby on Rails et Javascript. Il est toujours à la recherche de nouveaux outils et techniques pour booster sa productivité.

Voir son site
  • Pingback: Comment se protéger contre les clients m...

  • Shnalla

    A noter qu’il existe aussi des protections juridiques pour nous freelance. Dans ce cas ça peut être très utile…;)

  • http://www.motismo.net/ Jérôme Leroy

    Bon article Loïc, et tu es raison d’insister sur l’avant-catastrophe. A savoir bétonner son devis, notamment les conditions générales de vente !

    Ca peut parfois faire peur à certains clients, mais si ce sont des gens réglo et que les CGV sont bien faites, ils ne tiquent pas. Une collaboration moisie l’est souvent dès le départ.

    Et pour l’après-catastrophe, entre la mise en demeure et l’avocat, tu as oublié l’étape injonction de payer adressée au Tribunal de commerce. Ca coûte 40€, et pas besoin d’avocat.
    Je n’ai eu à en faire qu’une seule en 12 ans de freelance, mais ça fonctionne bien, tant qu’on a un devis signé ou des preuves d’une collaboration effective (mails).

  • Ludovic

    Pour les freelances qui réalisent du design « print », il existe aussi Printbox (pour que les choses soient transparentes, je travaille pour cette société) => le freelance prépare un projet de commande avec prestation de design + impression => Printbox facture l’ensemble au client du freelance en garantissant au freelance le paiement de sa prestation, même s’il y a un impayé. C’est gratuit et ce service est opéré par Exaprint, n°1 en France de l’impression en ligne.

    Vous trouverez plus d’infos sur http://www.printbox.fr/
    et vous pouvez vous inscrire gratuitement sur http://www.printbox-commande.fr

  • Kris

    Merci pour ces conseils.
    Existe-t-il des modèle type de contrat pour faire signer au client ? Ou peut on les trouver svp?

    • http://jonathanpath.com/ Jonathan Path

      Vous pouvez trouver un modèle de contrats agiles pour développeurs en open source ici : https://github.com/tibastral/contrats-francais

      Mais, je vous recommande vivement d’aller voir un juriste ou un avocat pour avoir quelque chose de solide !

Apprenez à générer un flux de clients très régulier

Recevez notre ebook gratuit et notre formation vidéo

J'en profite