Vous êtes nouveau par ici ? Vous voulez apprendre à générer un flux de client très régulier ? Téléchargez notre ebook gratuit et recevez notre formation vidéo

5 idées reçues sur les freelances qu’il faut combattre

Quand je dis que je suis freelance, j’ai souvent le droit à ma question préférée : Est-ce que tu arrives à en vivre ? Je n’ai rien contre les personnes qui posent cette question. Par contre, je n’aime pas trop la question. Elle insinue qu’être freelance signifie galérer. En même temps, j’en profite pour prouver que ce n’est pas le cas pour tout le monde. Pour ma part, je gagne plus et je travaille moins que si j’étais salarié.

Du coup, voici ce que donne la version longue de la conversation :

Jean-Claude : Salut, tu fais quoi dans la vie ?
Moi : Créateur de site web indépendant (c’est l’intitulé de mon métier pour le grand public)
JC : Ça va ? Tu arrives à en vivre ?
Moi : Ben grave ! Je facture ma journée de travail 700€ HT.
JC : Whaouh, tu dois être riche. J’imagine que t’es auto-entrepreneur et du coup que tu es peu taxé en plus !
Moi : Euh, en fait… Non. Je suis en SASU, donc je paye de très grosses charges. Et il faut prendre en compte les journées où je ne bosse pas pour un client, les vacances, les dépenses de l’entreprise, etc.
JC : Ha ok. Et c’est pas trop dur de bosser depuis chez toi ?
Moi : Non, je suis dans un espace de travail partagé.
JC : (Driiiing, driiiing) Euh, mon boss m’appelle, je dois filer, salut !

Cette conversation est fictive, mais elle reflète ce que pensent en général les personnes que je rencontre.

Mais à qui la faute ?

Comme toutes idées reçues, il y a toujours une part de vérité. C’est donc à cause de certains freelances que des idées reçues négatives circulent. Alors, rectifions le tir ! Au travers de cet article, j’aimerais vous donner des conseils pour combattre chacune de ses idées reçue. C’est parti !

1. Les freelances ont du mal à gagner correctement leur vie

Vous connaissez des freelances qui galèrent ? Moi oui. J’en connais plein. Mais est-ce que vous connaissez des freelances qui se sont formés au marketing/ à l’entrepreneuriat et qui galèrent ? J’en connais peu. En gros, j’essaye de vous dire que quand on met en place ce qu’il faut pour construire une activité solide, elle a plus de chance de devenir solide (pas mal ma rime). Se lancer à l’aventure à l’arrache conduit forcément à avoir des galères. C’est l’histoire de mes débuts, mais heureusement que j’ai appris de mes erreurs. Aujourd’hui, je côtoie de nombreux freelances qui facturent plus de 100€ de l’heure et/ou qui font plus que 100 000€ de chiffre d’affaires. Ce n’est pas la majorité, mais ce sont ceux qui ont bâti leur activité sur des bases solides.

Passez à l’action : Avec mon associé Uriel, on a écrit un ebook qui donne les bases du marketing pour les freelances, le 1er chapitre est gratuit, profitez-en !

Oui, c’est possible d’être freelance et de gagner correctement sa vie #combatmythefreelance Click To Tweet

(si ce n’est pas votre cas, partagez-le quand même avec l’objectif d’y parvenir)

2. Les freelances travaillent forcément les soirs et les week-ends

Merci au tweet de mon partenaire Joël Rotelli qui kiff sa vie en tant que freelance :

Quand j’étais salarié, je bossais régulièrement le soir. Je suis même devenu une légende vivante quand j’ai fait une nuit blanche à coder un site juste avant un lancement. Je me rappelle encore la tête de la dame qui arrivait toujours la première le matin quand elle m’a vu. La première année de mon activité freelance, ce n’était pas mieux. Mais heureusement, un beau jour, ma femme m’a vivement encouragé d’arrêter de bosser les soirs et les week-ends. Et ca a marché. En fait, avec le recul, je me rends compte que le plus important pour y arriver est de prendre la décision et d’être ferme. De cette manière, on ne se dira plus : ce n’est pas grave si je suis en retard sur ce projet, je pourrais travailler ce soir ou ce week-end. Ça nous pousse à trouver des solutions pour améliorer sa productivité.

Passez à l’action : Lisez et mettez en pratique un article que j’ai écrit : 11 idées pour ne pas faire des heures sup en tant que freelance Oui, c’est possible d’être freelance et travailler moins que 35 heures #combatmythefreelance Click To Tweet (si ce n’est pas votre cas, partagez-le quand même avec l’objectif d’y parvenir)

3. Les freelances ne sont pas fiables

Quand j’ai dis sur Twitter que j’attaque un article qui a pour but de se battre contre les idées reçues sur les freelances, j’ai eu cette réaction marrante d’un de nos anciens étudiants :

J’ai déjà reçu plusieurs demandes de personnes qui ont dû faire face à des freelances qui ont disparu du jour au lendemain. Forcément, suite à de telles expériences, on se dit qu’un freelance n’est pas fiable. J’ai moi-même fait cette expérience lorsque j’ai fait appel à un développeur pour m’assister sur un contrat. Cette histoire m’a conduit à créer un réseau de freelances de confiance. Depuis, je suis plus serein pour recommander des freelances à mes clients. Quand on a un réseau derrière soi, on montre à nos prospects/clients qu’en cas de soucis, on a des partenaires sur qui on peut compter.

Passez à l’action : Rejoignez un réseau ou créer le vôtre (teaser : je donne mes conseils pour la création d’un réseau dans l’ebook Le Freelance CAAP) Oui, c’est possible d’être freelance et de ne pas jamais laisser tomber ses clients… Click To Tweet

4. Les freelances font un travail de moins bonne qualité qu’une agence

Je cite la réaction de mon collègue blogueur Rémy Bigot :

La qualité n’est pas liée à la taille d’une équipe. Je dirais que c’est plutôt un état d’esprit. On peut faire du très mauvais travail seul, mais également dans une boite de 100 personnes. Bien sûr, un freelance ne peut pas faire un projet qui nécessite de nombreuses compétences tout seul et avoir un niveau de qualité élevé. Si vous êtes dans ce cas de figure, je vous conseille de réfléchir à vos points forts et de vous focaliser dessus. Pour le reste, sous-traitez ou mettez en relation vos clients avec vos partenaires. C’est ce que je fais et c’est ce qui me permet de proposer une prestation haut de gamme. Je facture plus cher que de nombreuses agences et cela ne pose pas de problèmes pour mes clients. Pourquoi ? Parce que je me focalise sur la valeur ajoutée que je leur apporte. Petit conseil : c’est plus simple de devenir le meilleur de votre domaine quand vous ciblez un marché en particulier et que vous avez une offre spécifique. Oups, je vous ait peut-être perdu, si c’est le cas, vous devez absolument lire le 1er chapitre de notre ebook « Le Freelance CAAP » qu’on a intitulé : L’étape négligée par 99% des freelances qui plombe leur business.

Passez à l’action : Décidez de faire moins, pour faire mieux

Oui, on peut être freelance et faire un travail de meilleur qualité que des agences… Click To Tweet

5. Les freelances bossent forcément de chez eux

Vous travaillez de chez vous ? Aucun souci. Mais freelance ne rime pas forcément avec maison. Ce n’est pas le cas de tout le monde. Certains freelances vont dans des espaces de coworking, d’autres louent un bureau avec des collègues, et certains même, louent un bureau pour eux tous seuls (waouh, trop fort). Ce qui est plus subtil derrière cette idée, c’est que les freelances n’ont pas les moyens de louer un bureau. D’autre part, de nombreux indépendants restent chez eux parce qu’ils pensent ne pas pouvoir se permettre de payer plus de charges. Pourtant, je pense que c’est souvent rentable de faire du coworking (oui, je le dis très souvent) parce qu’on booste naturellement notre réseau. À la clé, ça peut générer beaucoup de contrats !

Je suis content que mes articles ont motivé un ami freelance à tenter l’aventure du coworking sur Bordeaux (et il en est très heureux). Découvrez-en plus sur son article écrit sur Medium.

Passez à l’action : Si vous restez bosser chez vous par manque de moyens, testez le coworking 1 journée par semaine (ça vous coutera entre 40 et 100€/mois), et analysez le retour sur investissement après 6 mois. Et vous verrez si c’est un investissement qui en vaut la peine.

Oui, on peut être freelance et avoir un bureau qui n’est pas à la maison #combatmythefreelance Click To Tweet

Et ce n’est pas tout

J’en avais encore quelques-uns en stock :

  • Les freelances n’ont pas une bonne hygiène de vie : ils se lèvent et se couchent tard
  • Les freelances ne savent pas négocier, donc c’est facile de faire baisser leur prix
  • Les freelances ont des plannings instables / doivent constamment jongler entre des périodes remplies et des périodes vides
  • Les freelances bossent forcément de chez eux
  • Les freelances sont tous des autoentrepreneurs
  • Les freelances ne tiennent pas leurs délais

Mais je trouvais que cet article commençait à faire long, et la nuit est tombée. Il est temps pour moi de conclure et d’aller manger une purée avec ma famille.

Avec mon associé Uriel, nous avons écrit l’ebook “Le freelance CAAP” et créé la formation vidéo Freelance CAAP Succès pour aider les freelances à créer un business solide. On appelle un freelance CAAP, un freelance capable de :

  • de Cibler son marché
  • d’Attirer les clients de ses rêves
  • d’Augmenter sa valeur marchande
  • de Persuader ses clients en leur apportant de la valeur massive

Et ca fait CAAP, bingo ! Et vous savez quoi ? Nous allons très bientôt ouvrir les inscriptions à notre formation, mais seuls les abonnés FreelanceBoost peuvent en bénéficier. Donc, abonnez-vous si vous voulez en savoir plus. Sur ce, très bonne soirée (ou journée) !

Vous avez apprécié cet article ?
Partagez-le avec d'autres freelances !
Partager Twitter +1
Article de <?php the_author() ?>

Jonathan accompagne des freelances depuis plusieurs années. Il explore les différentes techniques marketing pour les aider à se faire connaitre et à booster leur chiffre d'affaires. Il est lui-même freelance webdesigner et intégrateur depuis depuis 2011.

Voir son site
  • http://helloquence.com/ Ricardo Da Silva

    Inspirant comme d’habitude 😉

  • http://heycocoon.com Heycocoon

    J’adore cette article haha

Apprenez à générer un flux de clients très régulier

Recevez notre ebook gratuit et notre formation vidéo

J'en profite