Vous êtes nouveau par ici ? Vous voulez apprendre à générer un flux de client très régulier ? Téléchargez notre ebook gratuit et recevez notre formation vidéo

Trouver des nouveaux clients quand on est rédacteur et/ou traducteur freelance

Vivre de l’écriture en fait rêver plus d’un, mais la réalité n’est pas toujours rose pour ceux qui décident de se lancer. En tant que rédactrice et traductrice, j’ai dû faire face à la dure réalité de ce métier où la concurrence est rude et la rémunération parfois décevante ! Le plus important quand on est freelance, c’est évidemment de trouver des clients qui vous feront travailler régulièrement afin que vous puissiez en vivre. Voici quelques conseils de mon expérience en freelance qui j’espère sauront vous être utiles.

1. Les agences éditoriales

L’étape la plus simple, c’est celle de l’envoi de CV. L’avantage ? Vous postulez comme pour un emploi de salarié, c’est donc une démarche que vous connaissez et maîtrisez déjà. Il existe des centaines d’agences éditoriales en France qui recrutent régulièrement des freelances pour leurs diverses missions. En cas d’appel d’offres, c’est tout simple : vous candidatez par rapport à l’annonce en ajoutant si possible des articles que vous avez déjà pu écrire, le lien de votre site professionnel (oui, c’est toujours un plus d’en avoir un !) et quelques références. Et après ? Une agence vous proposera des missions ponctuelles selon votre expertise et va se rémunérer par rapport au budget du client. L’avantage de l’agence ? Si ça se passe, elle vous proposera d’autres missions. Par ailleurs, s’il y a des problèmes avec le client, c’est elle qui gère en tant qu’intermédiaire. Pour l’avoir déjà vécu, cela peut être très pratique de ne pas devoir gérer un client tatillon, voire tout bonnement insupportable. L’inconvénient ? Comme elle touche une commission, vous ne serez pas aussi bien payés que si vous étiez en contact direct avec le client.

2. Les plateformes de freelances

Les plateformes de recrutement de freelances sont nombreuses, mais très souvent en anglais. Il faut donc faire attention parce que la rémunération se fait en dollar (attention avant de valider votre devis !). C’est simple : vous créez un compte gratuit (pas besoin du compte payant, c’est de l’arnaque), ensuite vous remplissez votre profil et accédez aux annonces de missions. Cela peut intéressant, car il s’agit de missions issues du monde entier. Bosser avec les États-Unis, cela peut faire très classe sur le CV ! Par contre, méfiez-vous un minimum… Sur ce genre de sites il y a du meilleur comme du pire et parfois vous verrez des centaines de gens postuler pour une même mission… rémunérée 5 dollars ! Surtout, les missions de traduction sont souvent mal payées et des gens qui ne maîtrisent même pas ce métier vont postuler, comptant sur Bing pour faire le boulot. Du coup, pas facile de se faire valider un devis avec des tarifs réalistes. Attention, là encore le site touche une commission (souvent 10% !). Personnellement, je n’ai que rarement bossé avec ce genre de plateformes, car il y a trop de gens qui cassent les prix. Je vous conseille néanmoins Elance (site anglophone très sérieux) et Hopwork, une plateforme française pour freelances de tous les univers.

3. Le réseau & le networking

On ne le répètera jamais assez souvent, mais une des meilleures façons de trouver du boulot, c’est les contacts. Faites jouer vos relations, vos amis d’école, etc. Il suffit d’une personne qui connait quelqu’un qui à son tour connait… Bref, il faut parler de votre job à tout le monde ! Bassinez les gens avec votre business : cela portera ses fruits. Et ne sortez jamais sans vos cartes de visite ! Je fais du networking à n’importe quel moment de la journée : le hasard fait souvent bien les choses. Il est donc essentiel d’être toujours en éveil et d’être proactif. Que ce soit votre médecin généraliste (qui donc a plein de patients) ou le fleuriste, parlez-en ! Vous verrez, cela marche !

4. Les réseaux sociaux

Évidemment, un rédacteur/traducteur freelance se doit d’être sur les réseaux sociaux, de soigner son e-réputation et d’être actif sur les portails comme LinkedIn et Viadeo. Vous devez absolument avoir un compte Twitter et Facebook et suivez un maximum de comptes susceptibles de vous proposer des missions liées à votre activité. Grâce à mon compte Twitter, j’ai pu décrocher une super mission qui permet de payer à ce jour mon loyer. Pourquoi ? Parce que je regarde tous les jours ce qu’il se passe sur Twitter, que je rajoute des personnes qui travaillent dans mon secteur et que j’interagis avec ces dernières. Il faut ouvrir le dialogue et provoquer un peu le destin. L’avantage ? Sur Twitter, on va droit au but, pas de blabla inutile, il faut foncer ! De plus, il y a un nombre incalculable de missions qui sont publiées chaque jour sur les réseaux sociaux. La règle d’or : la réactivité. Si une annonce vous intéresse, répondez immédiatement. C’est comme pour l’open-bar : premier arrivé, premier servi !

5. Le blog, un investissement sur le long terme

J’ai lancé mon blog en même temps que mon activité de freelance. À la base, je ne voulais pas du tout faire le lien entre mes deux activités, mais de fil en aiguille j’ai compris à quel point c’était une bonne idée ! En effet, le blog permet de renvoyer vers votre site pro et vis-et-versa. En termes de référencement, il n’y a pas mieux ! Ensuite, cela vous donne une visibilité supplémentaire qui sous-entend votre maitrise des plateformes de blogging (WordPress, Blogger, etc.), le SEO, le SEM et la gestion des réseaux sociaux. Le blogging vous permettra aussi d’acquérir certaines notions importantes pour être un rédacteur web au top ! Par ailleurs, cela vous permettra de mettre en avant vos qualités rédactionnelles ET relationnelles (échange avec d’autres blogueurs et/ou vos lecteurs).

Et vous, que faites-vous pour trouver des nouveaux clients ?

Vous avez apprécié cet article ?
Partagez-le avec d'autres freelances !
Partager Twitter +1
Anissa Filali

Blogueuse, rédactrice et traductrice freelance, Anissa est une nomade passionnée du freelancing.

Voir son site
  • Germain Tenthorey

    Je confirme dans mon cas le blog me ramène tous mes clients… ils tombent sur un article, ils regardent l’entreprise… hop un nouveau mandat :) ! (j’exagère un peu)

  • http://russeweb.fr/ RusseWeb

    C’est pareil pour moi. J’ai des clients venus de mon blog et de mon portfolio. Merci pour l’article !

  • http://www.BizEcho.com BizEcho

    Bonjour, je profite de cet article pour vous recommander une nouvelle plate-forme française http://www.BizEcho.com pour les rédacteurs freelances concepteurs traducteurs producteurs de contenus. Vente en ligne aux entreprises de vos contenus signés de votre nom d’auteur (protection gratuite de vos textes par un certificat numérique), vente de prestations de rédaction aux entreprises, entrepreneurs et porteurs de projets, proposition d’une tribune pour publier les communiqués de vos clients. Des rémunérations attractives : http://www.bizecho.com/communiquer/tarifsremunerations-pour-les-auteurs/

  • Pingback: Business | Pearltrees

  • Yann

    Super article, je vous propose aussi cette plateforme http://www.kelprestataires.com, une nouvelle plateforme de mise en relation entre entreprise et freelance. Vous pouvez soumettre gratuitement votre profil de rédacteur/traducteur freelance sur le site.

  • Mamy Haja Andriatahina

    Merci Anissa, trouver votre article est pour moi comme apercevoir le bout d’un tunnel où j’ai erré pendant si longtemps. Je vais m’efforcer à mettre tout ça en pratique.
    A votre succès

Apprenez à générer un flux de clients très régulier

Recevez notre ebook gratuit et notre formation vidéo

J'en profite