Vous êtes nouveau par ici ? Vous voulez apprendre à générer un flux de client très régulier ? Téléchargez notre ebook gratuit et recevez notre formation vidéo

4 erreurs qui m’ont fait perdre beaucoup de temps et d’argent

Le pire des scénarios

Il est 3h du matin, je suis devant mon ordinateur à essayer de résoudre des problèmes de compatibilité avec Internet Explorer 6 pour un de mes projets clients. Dans 1 mois, je vais me marier et je ne suis pas sûr d’avoir assez d’argent pour payer tous les prestataires. Est-ce qu’il va falloir que je continue à faire des nuits blanches pour y arriver ? Il y a 5 mois, je venais de me lancer en freelance, et j’avais fait des prévisions financières très optimistes.

Ce scénario catastrophe, c’est celui qui j’ai vécu il y a 3 ans. Cela faisait 5 mois que je m’étais lancé en freelance, et j’avais fait des prévisions financières très optimistes. Mais j’avais surtout fait de très grosses erreurs qui m’ont fait perdre beaucoup d’argent et beaucoup de temps. 3 ans plus tard, j’ai réussi à faire un CA de 46026,75€ en travaillant uniquement 2 jours et demi par semaine. J’aimerais vous faire part des erreurs que j’ai faites et ce que j’ai appris.

Perdre 8000€ à cause d’une mauvaise estimation de devis

Une de mes plus grosses erreurs a été de sous-estimer le temps que j’allais passer sur un projet. J’ai été contacté par une startup sympa pour le design et l’intégration d’une application de voyage. J’ai été assez bon pour remporter le contrat. Je leur ai proposé de faire le design de la page d’accueil pour un tarif réduit pour qu’ils voient mon travail en action et ils ont accepté. Par contre, j’ai fait mon devis assez rapidement. Je suis arrivé jusqu’à 4000€ et je trouvais que cela faisait déjà une grosse somme d’argent. J’ai assez vite réalisé que j’ai été très optimiste. Ça m’a très rapidement stressé et m’a donné envie de bâcler le travail. Eux de leur côté voulaient toujours un travail parfait et hyper créatif. J’ai passé 3 fois plus de temps que prévu, ce qui correspondait à 2 mois de travail sans être payé.

Aujourd’hui, je ne fais plus de devis. Je propose aux personnes intéressées de travailler avec moi de me réserver pour un certain nombre de journées. Je m’assure de cette manière de ne plus prendre le risque de travailler et de ne pas être payé à cause d’une mauvaise estimation.

Perdre des nuits entières à faire des projets où l’on n’est pas bon

Alors que je venais de me lancer, j’ai reçu une demande d’intégration et de développement d’un site e-commerce avec un CMS qui s’appelle Magento. Je ne faisais plus trop de développement, mais c’était un contrat assez gros, donc j’ai tenté l’aventure. Mais c’est devenu un cauchemar. Ce projet a été la cause de nombreuses nuits blanches que j’ai faites. J’ai évidemment perdu beaucoup de temps et du coup beaucoup d’argent. Si j’avais refusé de faire ce contrat, j’aurais pu me focaliser sur des missions pour lesquelles je sais que je vais vite.

Aujourd’hui, j’ai décidé de ne travailler que sur les projets où je suis vraiment qualifié. J’ai identifié que les projets où je suis le plus pertinent étaient ceux des startups. Cela m’a permis de plus facilement devenir un expert à leur égard et ainsi de trouver de meilleurs clients.

Perdre 7200€ en acceptant de baisser son tarif

Lors de ma 2è année en tant que freelance, une startup sympa m’a proposé de travailler 2 jours par semaine pour eux. Mais comme ils n’avaient pas beaucoup de budget, ils m’ont demandé si je pouvais baisser mon tarif. J’ai accepté parce que j’avais l’impression de gagner en sécurité financière en ayant un contrat de plusieurs mois. Mais j’ai oublié de faire un calcul : combien est-ce que je perdais avec mon geste financier ? 2 jours par semaine pendant 6 mois, à 250€ au lieu de 400€. Ce qui fait un total de 7200€. Si j’avais réfléchi de cette manière, je ne crois pas que j’aurais accepté.

Aujourd’hui, j’ai appris à ne plus négocier mon tarif. Je préfère proposer un arrangement gagnant gagnant. Un contrat long terme avec un client est tout aussi bénéfique pour lui. J’ai aussi appris à réaliser la valeur que j’apporte à mon client et ainsi pouvoir justifier mon prix. J’ai malgré tout fait l’erreur récemment de baisser mon prix pour un super client. En calculant l’argent que j’ai perdu, cela a été la leçon ultime pour que je n’accepte plus jamais de le faire.

Perdre 30 minutes par jour avec des clients qui ont un budget de 300€

Le 1er site que j’ai créé pour mon activité de freelance a été très bien référencé. Mais le souci, c’est que cela m’a aussi ramené pas mal de clients qui n’avaient presque pas de bugdet ou un projet qui ne tenait pas la route. Cela signifie que je recevais régulièrement des coups de fil, je recevais pas mal d’emails de ce type de clients et je voyais même certains d’entre eux en rendez-vous. Ces projets n’avaient aucune chance d’aboutir et pourtant j’investissais du temps pour eux. En plus de cela, cela m’empêchait de me concentrer sur mes projets en cours.

Aujourd’hui, j’ai retiré mon numéro de téléphone pour éviter qu’une personne avec un projet qui ne m’intéresse pas me fasse perdre du temps. J’ai refait mon site avec un vocabulaire qui me permet d’être contacté uniquement par des startups et des agences web. Et du coup, je n’ai plus que des demandes pertinentes.

Faites mieux que moi

Je viens de vous partager plusieurs de mes méthodes qui m’ont permis de passer d’une situation catastrophique à un business vraiment rentable. Par contre, je ne pense pas qu’il faut que vous fassiez forcément comme moi. Il y a des principes qui peuvent vous inspirer, comme décider de facturer au temps passé plutôt que de faire du facturer au forfait. Mais surtout, ce qui est décisif, c’est construire une stratégie sur-mesure en fonction de vous, vos compétences, vos points forts, votre expériences et vos envies. Prenez votre destin en main et construisez la vie dont vous rêvez !

Vous avez apprécié cet article ?
Partagez-le avec d'autres freelances !
Partager Twitter +1
Article de <?php the_author() ?>

Jonathan accompagne des freelances depuis plusieurs années. Il explore les différentes techniques marketing pour les aider à se faire connaitre et à booster leur chiffre d'affaires. Il est lui-même freelance webdesigner et intégrateur depuis depuis 2011.

Voir son site
  • http://labo-css.fr/ Nicolas Paillard

    Je ne peux qu’approuver pour les sous-estimations de devis. J’en ai eu l’amère expérience moi aussi 🙂

  • http://www.carohardy.com/ CaroHardy

    Tout à fait d’accord ! Et les clients qui n’ont pas le budget n’ont en général pas besoin du service qu’ils réclament. Ca m’est arrivé de construire un site e-commerce totalement sur mesure alors que la personne lançait juste son activité. Elle aurait mieux fait de commencer à développer sa clientèle directement et de voir comment construire un business online beaucoup plus tard. Moi je ne m’y suis pas retrouvée financièrement et elle non-plus. Le maintenir lui coûte plus cher que ce qu’il lui rapporte.

    Maintenant, ça m’aide à refuser un projet de me dire que ce n’est pas éthique de leur prendre leur argent pour quelque chose dont ils n’ont pas vraiment besoin si je sens qu’ils ne peuvent pas se le permettre non-plus.

    • http://jonathanpath.com/ Jonathan Path

      Effectivement, c’est mieux de proposer la meilleure solution aux clients, parce que souvent, ils ne savent pas ce qui est le mieux pour eux !

    • Thomas Pascaud

      D’accord avec toi Caro, la première chose que j’ai fais en lançant mon activité et de me donner des règles d’éthique à suivre, et que j’explique au client. Il m’arrive de refuser de travailler pour eux, ou de leur conseiller une autre solution, et même de les renvoyer vers d’autres agences plus à même de réaliser ce qu’ils cherchent… et souvent la relation de confiance établie est bénéfique pour mon activité.

  • http://sutterlity.fr/ Laurent Sutterlity

    Perdre du temps avec des clients qui n’ont pas le budget nécessaire est horrible. Rien de pire que de perdre du temps et de l’énergie pour entendre un blanc lors de l’annonce de votre tarif. Je me suis imposé une règle lors de la prise de contact avec un client, je m’arrange pour lui dire mon tarif horaire ou demander son budget dès la première minute, quitte à lui couper la parole. Imaginez-vous rentrer dans une agence immobilière pour une location d’appartement, l’agent ne va pas attendre 30min pour savoir savoir votre budget, idem pour un architecte. Si un client à un problème a parlé d’argent, le projet risque vite de devenir compliquer. Je songe aussi à supprimer le numéro de mon portfolio, je reçois tellement d’appels par jour qu’il est souvent éteint afin de me concentrer sur le projet en cours (car oui mon client me paye pour avoir un travail, pas pour perdre mon temps avec d’autres potentiels clients).

    • http://jonathanpath.com/ Jonathan Path

      Je t’encourage à enlever le numéro de ton portfolio effectivement. C’est toi qui décidera si ca vaut le coup de rappeler tout de suite après avoir reçu un email!

      • http://sutterlity.fr/ Laurent Sutterlity

        J’ai depuis ce message supprimé mon numéro de téléphone… en effet j’ai moins de coups de téléphone 🙂 Les clients vraiment intéressés passent par email.
        Au final, j’ai autant de travail d’avant, mais je gagne facilement 45 minutes par jour à ne plus faire le standard téléphonique.

  • Joel ROTELLI

    Excellent, merci pour ta franchise et ton honneté, c’est assez rare de lire des articles qui mettent en avant de telles erreurs, car on a souvent envie de montrer uniquement le meilleur de soi-même, donc on « cache » souvent ce genre d’erreurs, peut être par honte, ou pour les oublier soit-même. Or il est au contraire très motivant de voir que d’autres font également des erreurs, et que l’essentiel est de réaliser les erreurs que l’on a fait, pour aller de l’avant et ne plus les reproduire 🙂

    • http://jonathanpath.com/ Jonathan Path

      Avec plaisir. Si je veux donner des conseils qui vont être utiles, il faut que je sois honnête !

  • http://www.ricardodasilva.fr Ricardo Da Silva

    Merci pour ces conseils, je vais changer encore certaines choses.

  • Thomas Pascaud

    Effectivement nous avons tous fait ces erreurs et tu nous donnes de bons conseils pour les éviter. On dit souvent que pour réussir il faut échouer, mais je ne suis pas vraiment d’accord, on apprend mieux des choses qu’on réussi que de celles qu’on rate. Et si des gens peuvent nous conseiller pour éviter ces erreurs, tant mieux 😉

    • http://jonathanpath.com/ Jonathan Path

      Ca me rappelle la philosophie de Rework 🙂

      • Thomas Pascaud

        OK, bouquin commandé merci 😉

  • Etienne

    Rule #1: Ne JAMAIS modifier votre tarif.

    Modifiez autre chose 😉

    • http://jonathanpath.com/ Jonathan Path

      Exact 🙂

  • http://juliendubreuil.fr/ Julien Dubreuil

    Je suis convaincu que l’on apprend plus de ses erreurs (et parfois de celles des autres) que de ses succès. Merci pour cette article vraiment intéressant !

    • http://jonathanpath.com/ Jonathan Path

      Ca a été ma meilleure école 🙂

  • Laetitia Boiron

    Merci pour ces conseils et ces retours d’expérience 🙂 Je me retrouve un peu dans la baisse de tarifs jour pour arranger une agence… Je passais des jours et des nuits sur des travaux en étant harcelée. Plus jamais !

    • http://jonathanpath.com/ Jonathan Path

      J’ai remarqué que une expérience marquante peut aider à ne plus jamais refaire l’erreur 🙂

  • dawinch

    ahh Magento, moi aussi connaissant Zend Framework à l’époque j’ai cru que je comprendrais rapidement….un cauchemar : je ne comptais même plus les heures que j’ai passées pour pouvoir intégrer l’écotaxe (qui venait juste d’être rendue obligatoire).
    Sinon à peu près les mêmes erreurs (en tant que dev), je me sens moins seul.
    Merci.

    • http://jonathanpath.com/ Jonathan Path

      Dans ton cas, ce serait bien de passer à la facturation au temps passé, tu as déjà essayé ?

  • http://webstrapper.com/ Nour Akalay

    Salut Jonathan,

    Quand j’ai commencé, mon premier projet était assez important. Un site e-commerce basé sur Concrete5 qui est ma spécialité.

    Les erreurs que tu a faites sur plusieurs projets, je les ai toutes faites sur ce même premier projet. J’ai aligné bourde après bourde. Et j’ai fait d’autres erreurs en plus.

    J’ai mal lu le descriptif, du coup j’ai demandé un prix ridicule.

    J’ai accepté de rajouter des choses sans augmenter le prix parce que je pensais que c’était « logique »…

    Et à la fin je n’ai même pas été payé!

    Bref la totale.

    Jonathan j’ai lu quelque part que ton anglais est assez bon donc si ça t’intéresse de lire mes aventures en détail voici un lien: http://webstrapper.com/how-to-not-get-paid-as-a-freelancer/

    Mais soit sympa, quand tu auras lu ne te payes pas ma tête parce que faut être honnête c’est assez incroyable d’être aussi bête que je l’ai été 🙂

    • http://jonathanpath.com/ Jonathan Path

      C’est cool que tu écrives en anglais ! J’ai mis ton article dans mon Pocket, j’ai hâte de lire ca !

      • http://webstrapper.com/ Nour Akalay

        Excellent! Si tu as le temps et l’envie, fais moi part de ton opinion et de tes commentaires.

  • Joelesign

    Merci Jonathan pour cet article fort utile qui évitera aux plus jeunes freelances comme moi de se retrouver dans le pétrin.

    Comme dit l’adage, « C’est parfois en se perdant qu’on finit enfin par se retrouver ». 😉

    • http://jonathanpath.com/ Jonathan Path

      Exact !

  • http://celine-redaction-web.com/ Céline Albarracin

    Toutes les erreurs de cet article, je les ai faites ! J’entame maintenant ma 2ème année de freelance et j’ai beaucoup appris de ces pertes de temps et d’argent.

    En refaisant mon site, j’ai également enlevé mon numéro de téléphone. Je recevais trop de coups de fil hors propos qui me faisaient perdre plusieurs minutes de productivité par jour. Les clients avec qui on passe plus de temps à discuter au téléphone ou par mail, qu’à travailler sur leur projet, hop zappés aussi !

    • http://jonathanpath.com/ Jonathan Path

      Bien joué 🙂

  • http://www.creaam.com Mohamed ADDA

    Bonjour,

    Très bon article et je me reconnais bien là aussi 😉

    Une de mes erreurs aussi, c’est d’avoir commencé avec certains clients à un prix très bas, et aujourd’hui, c’est très compliqué de leur dire que mes prix ont évolués car la qualité du travail a aussi évolué. Surtout que je facture ces clients au temps passé, je pensais aussi que c’était une bonne chose au départ. Je me rend compte aujourd’hui que c’était une belle erreur.

    Une autre erreur aussi, je pensais que j’allais, en baissant un peu le prix, les aider à bien démarrer et qu’ils me le rendraient plus tard, je voulais faire du social, mais là encore, c’était une grave erreur. Ça a été dit plus bas, si un client n’a pas les moyens de ce qu’il demande, il ne faut pas le suivre.

    Je répondais aussi à toutes les demandes de devis ou demandes d’informations que je recevais par mail, même à des demandes du style « combien coûte un site web ? », là aussi je prenais le temps d’expliquer les choses pour avoir plus d’info, un perte de temps considérable pour qu’au final, le client se rend compte que ça va lui coûter « bonbon ». Aujourd’hui, par respect, je répond « un site coûte entre 1000 et 350 000€ », et là c’est vite vu.

    Bonne journée à tous.

    • http://www.creaam.com Mohamed ADDA

      pendant longtemps aussi, je me suis « reposé sur mes lauriers » comme on dit, j’avais du taff tout le temps sans même démarcher le moindre client, ou presque. Je ne prenais même plus soins de ma com, mon site était à l’abandon. Aujourd’hui, je le paye un peu. mais depuis que j’ai refais mon site, en fin 2014, c’est nettement mieux.

      • http://jonathanpath.com/ Jonathan Path

        C’est un point important ce que tu souligne. Il faut constamment travailler sa communication effectivement pour toujours trouver des nouveaux (et meilleurs) clients !

  • Pingback: Formations | Pearltrees

  • http://www.aetherconcept.fr/ Sébastien DROUIN

    Voila qui rejoint totalement mes réflexions de ces dernières semaines. Merci 🙂

  • David Pollet

    On pourrait aussi ajouter l’erreur qui consiste à baisser son prix parce que le client nous promet qu’il connait du monde et qu’il pourra nous recommander.
    Une recommandation ne s’achète pas. Elle s’acquière par la qualité de son travail et de son sens du service.

    Au pire, vous aurez tout l’occasion de faire un geste par la suite si il vous trouve effectivement du travail.

    • http://jonathanpath.com/ Jonathan Path

      100% d’accord !!

  • http://www.yume-design.com Laetitia Boiron

    Je refais un tour par ici et je me reconnais tellement dans le profil du devis sous-estimé où on s’enlise et où on perd de l’argent… J’avoue qu’à chaque devis je suis assez terrorisée, je devise trop juste (sans être généreuse loin de là), juste que mon estimation de temps est trop optimiste ! Après 2 ans à vivre (et non survivre) mais sans être totalement sereine, un bébé arrivé et un taux de stress élevé avec l’envie de lever le pied car je travaille mieux en m’offrant des pauses en journée c’est pas simple. Je suis votre blog avec attention et j’espère me tirer de cette situation une bonne fois pour toute.
    Mais qu’avez-vous à dire pour ceux qui ont toujours ce sentiment de l’imposteur même avec des clients et projets qui marchent, des études au poils… ?

    • http://jonathanpath.com/ Jonathan Path

      Si vous avez le syndrome de l’imposteur avec des bons résultats, je ne peux que vous encourager à faire quelques séances de coaching avec un coach spécialisé pour freelance 🙂 -> je vous recommande Bonobo Coaching : http://bonobo-coaching.com/

Apprenez à générer un flux de clients très régulier

Recevez notre ebook gratuit et notre formation vidéo

J'en profite