Vous êtes nouveau par ici ? Vous voulez apprendre à générer un flux de client très régulier ? Téléchargez notre ebook gratuit et recevez notre formation vidéo

Chers clients, voici comment il faut traiter les freelances

Crédit photo Financial Times photos  - https://www.flickr.com/photos/financialtimes/8785432136/sizes/c/

Crédit photo Financial Times photos – https://www.flickr.com/photos/financialtimes/8785432136/sizes/c/

J’ai eu envie d’écrire cet article parce que je me suis rendu compte, par mon expérience, que si on ne s’affirme pas en tant que freelance, on se fait très vite écraser. De manière générale, je veux que les freelances réussissent et qu’il y ait moins de préjugés sur eux. Je ne veux pas non plus mépriser les clients et je suis le premier à dire qu’il faut les respecter et faire en sorte qu’ils soient satisfaits (jetez un oeil aux autres articles de ce blog et vous le verrez vite). Si vous prenez en compte cette perspective, vous comprendrez mieux le contenu de cet article.

Freelances : cet article a pour but de vous rendre la vie plus facile. Vous pourriez même le faire lire à vos clients ou à vos prospects. Cet article peut aussi vous aider à définir avec quels types de clients vous pourriez travailler.

Clients : si vous voulez des freelances motivés pour vos projets, suivez les recommandations de cet article. Il faut savoir que la motivation permet à une personne d’être plus productive et plus performante. Si vous avez 10 minutes et que vous comprenez l’anglais, découvrez une vidéo qui va vous convaincre.

Chers clients, voici 6 points que je vous encourage à considérer :

1. Ne cherchez pas à baisser le prix du freelance

Généralement, on ne se permet pas de négocier le prix d’une prestation avec un plombier. Par contre, c’est presque devenu normal que l’on négocie le prix d’un freelance. C’est comme si c’était logique qu’un freelance gagne moins que ce qu’il devrait gagner. Pourtant, il n’a pas de congés payés et quand il est “congé maladie”, il ne gagne pas d’argent. Je pourrais encore citer beaucoup de raisons. Quoi qu’il en soit, généralement, les tarifs des freelances sont justifiés.

Tweet : Arrêtez de toujours vouloir négocier mon prixTweeter

2. Ne cherchez pas à les exploiter au maximum

Si vous travaillez avec un designer, facilitez-lui la tâche pour qu’il n’y ait pas plus de 2 ou 3 allers-retours pour la validation. Si la prestation convenue avec un freelance est terminée et que vous voyez des petits ajustements à faire, demandez un nouveau devis ou payez-le au temps qu’il passe en plus. J’ai régulièrement eu des mails de clients qui ont demandé des faveurs pour que je fasse des “petites choses” sans faire payer plus. C’est comme négocier le prix. Ce genre de pratique a comme conséquence la baisse du chiffre d’affaire du freelance et une baisse de motivation.

Tweet : Ne m’exploitez pas sous prétexte que je suis un freelanceTweeter

3. Faites leur confiance

En décidant de faire confiance au freelance, vous instaurez une bonne relation. Généralement, c’est vous qui avez choisi ce freelance, alors il correspond sûrement aux critères que vous recherchiez. Si le freelance travaille aux nombres d’heures passées, ne soyez pas toujours derrière lui à vous assurer qu’il les a bien effectuées. C’est beaucoup plus motivant si vous l’intégrez au maximum dans votre équipe et si vous le laissez proposer des améliorations. Faites confiance à leur expertise : laissez-le exprimer son avis sur vos idées et votre projet.

Tweet : Chers clients, si vous voulez que notre collaboration se passe au mieux, faites-moi confianceTweeter

4. Laissez-leur de la flexibilité

Un client m’a récemment dit : “Tu peux travailler dans nos locaux ou à distance, comme cela t’arrange. On veut que les freelances soient à l’aise. S’ils sont freelances, c’est justement pour être flexibles”. J’ai beaucoup apprécié parce qu’il se met vraiment à la place des freelances. Au niveau des horaires, si un freelance est plus productif l’après-midi et le soir, peut-être qu’il ne faudrait pas le forcer à travailler le matin.

Tweet : Si je suis freelance, c’est notamment pour être flexibleTweeter

5. Soyez réactifs

Parfois, certains clients donnent des échéances très courtes, mais ne sont pas facilement joignables pour des validations. Un freelance est beaucoup plus productif quand il peut avancer tout au long d’une journée sur le même projet. Plus votre collaboration est fluide, moins cela devrait prendre de temps et du coup vous faire gagner de l’argent.

Tweet : Chers clients, vous avez tout à gagner à être réactif dans notre collaborationTweeter

6. Donnez leur envie de retravailler avec vous

Beaucoup de clients font entendre que le freelance aurait tout à gagner qu’ils travaillent ensemble sur le long terme. C’est vrai. Mais c’est aussi vrai pour vous. Vous avez tout intérêt de travailler avec les mêmes personnes sur le long terme, ce sera beaucoup plus productif. Donc, faites en sorte qu’il apprécie la collaboration.

Tweet : Chers clients, si vous suivez ces conseils, j’aurais envie de travailler à nouveau avec vousTweeter

Et vous freelances ?

Avez-vous d’autres messages à transmettre à nos clients ? Est-ce que vous êtes généralement satisfait de la manière dont cela se passe avec vos clients ? Discutons-en dans les commentaires ci-dessous !

Vous avez apprécié cet article ?
Partagez-le avec d'autres freelances !
Partager Twitter +1
Article de <?php the_author() ?>

Jonathan accompagne des freelances depuis plusieurs années. Il explore les différentes techniques marketing pour les aider à se faire connaitre et à booster leur chiffre d'affaires. Il est lui-même freelance webdesigner et intégrateur depuis depuis 2011.

Voir son site
  • Richard Déloge

    J’ajouterais, régler les factures rapidement ! Beaucoup de clients, notamment des agences payent à J+60 ou 90… voir attendent que leurs clients les payent en totalité pour payer l’intégralité de leurs sous-traitants, quand bien même si ces derniers ne participe qu’à une petite partie du projet. Les free lances doivent être payé avec la même rigueur que les salariés.

    • toutie

      Je suis bien d’accord ! Ereintant et démotivant d’être la dernière roue du carrosse !

    • http://jonathanpath.com/ Jonathan Path

      Totalement d’accord. Pour ma part, je suis freelance, avec peu de trésorerie, et quand je fais appel à un autre freelance, je le paye dès reception de la facture. Alors, une agence web ou autre structure plus grande devrait faire 10x mieux 🙂

    • http://sutterlity.fr/ Laurent Sutterlity

      Depuis peu j’applique la mention suivante à mes devis. « Mise en ligne du site à reception de du payement » 🙂 Ca fonctionne pas mal

    • Virgil Prudhomme

      Il me semble que légalement c’est maintenant c’est 45 ou 60 jours fin de mois maximum

  • MathildeCherryFizz

    J’ai rédigé un post comme ça en attente c’est clairement ça ! Il faut les éduquer…

    • http://jonathanpath.com/ Jonathan Path

      N’hésite pas à me le partager quand il sort que je le relaye 🙂

  • Thomas Pascaud

    Effectivement on retrouve beaucoup de choses déjà vécues dans cet article. Et effectivement tu as raison de préciser que nous devons respecter les clients tout en les « éduquant ». Une grande partie de mon travaille consiste à expliquer au client comment je travaille, pourquoi ils doivent m’écouter et comment travailler pour que le projet aboutisse dans les meilleures conditions. Parfois ils n’écoutent pas (et le projet en pâti), parfois ils comprennent, et souvent ça me permet de gagner le contrat car je parait très ouvert, dans l’échange, sérieux et passionné. D’une pierre deux coup !

    • http://jonathanpath.com/ Jonathan Path

      C’est clair que être ouvert et pédagogue est vraiment bénéfique !

  • http://sutterlity.fr/ Laurent Sutterlity

    Il est vrai que les clients ne voient pas en nous des appuis pour leur projet. Il n’est pas rare qu’ils n’écoutent pas nos conseils ou notre expertise.

    J’explique souvent que j’ai travaillait sur des projets similaires, et les conseillent sur les pièges à éviter ou les axes d’amélioration. Mais ces derniers foncent tête baissée et vont droit dans le mur car ils n’ont plus le détachement nécessaire pour prendre les bonnes décisions.

    Nous avons aussi le cas de la personne qui cherche le tarif journalier le moins cher. Ce genre de personne oublie souvent qu’un junior met 3 fois plus de temps qu’un sénior, et ne produira pas la même qualité. Bien-sûr les juniors sont essentiels mais ne peuvent pas faire toute les tâches.

    Mais le pire du pire, c’est les délais de paiement… Imaginez si nous mettions autant de temps pour faire vos modifications, aurions-nous l’air de professionnels ? Alors faîte de même est payés à temps bordel !

    Et un dernier pour la route, non nous ne sommes pas vos esclaves mais vos alliés. C’est nous qui mettons les mains dans le cambouis et sont souvent les seuls capables de résoudre vos problèmes. Quand vous allez chez le psi, vous négociez aussi le tarif ? Votre thérapie mérite aussi le low-cost .

    Client je t’aime, mais tu me malmènes.
    Bisous

    • http://jonathanpath.com/ Jonathan Path

      pas mal la rime de la fin 🙂

  • http://www.loicginoux.com/ Loïc Ginoux

    Bon article Jonathan! Notre devoir c’est aussi d’éduquer les clients à travailler mieux avec des freelances. La tendance sur la façon de travailler va, à mon avis, de plus en plus vers le freelancing donc il faut commencer au plus tôt à mettre en place les règles pour de bons rapports entre clients et freelances.

    • http://jonathanpath.com/ Jonathan Path

      Totalement d’accord, on est aussi responsables 🙂

  • Chaos_Be

    Pour la négociation sur le tarif, il y a moyen de discuter. Une fois qu’on sait qu’il y aura négo, on s’adapte… Là où c’est branlant, c’est quand on n’a pas affaire au client en direct mais qu’on se retrouve face à un p*** de rapiat d’intermédiaire qui maximise sa marge son ton tarif.
    ==> L’intermédiaire DOIT être transparent sur le prix final que paiera le client.
    ==> L’intermédiaire DOIT nous respecter (surtout vu le peu de services qu’ils offrent au final.)

    Au niveau de la flexibilité, c’est l’aspect le plus pénible. Dans mon cas, on doit faire du présentéisme… se montrer alors qu’on pourrait faire le taf en homeworking ou en coworking sans se retrouver au sein de la boite et des ses petites et grandes misères.
    Surtout avec ce que les clients appellent le « nouveau monde du travail ». Tous les internes ont droit au homeworking etc, ils font de plus en plus de flex, alors que nous sommes soumis à un régime présentiel stupide et dépassé. Le freelance, un sous employé, un intérimaire de luxe ?

    La confiance… Les clients sourds à nos recommandations et qui finissent dans le mur… Pourquoi pensent-ils qu’ils me paient si ce n’est justement pour les aider à faire de bons choix ? S’ils veulent un exécutant, qu’ils engagent un CDD ou un intérimaire. Ma plus value réelle, c’est le conseil que je peux donner.

  • Damien A

    Avant toute chose, il faudrait que les clients applique la loi concernant les freelances.
    Mais là, c’est du rêve en boite. Moralité, on est considéré comme des employés corvéable à merci vu que nous coutons chère.

    • http://jonathanpath.com/ Jonathan Path

      C’est clair. Heureusement qu’il y a aussi des clients premium qui nous traitent très bien !

  • http://www.creaam.com Mohamed ADDA

    Chers clients, quand vous faites une demande, faites au minimum un mail avec vos réels besoins. Ne mettez pas juste « j’ai besoin d’un site internet, combien ça coûte » ^_^

    • http://jonathanpath.com/ Jonathan Path

      Pour ma part, j’ai un mail type que j’utilise pour ce genre de demande pour ne pas perdre de temps 🙂

      • http://www.creaam.com Mohamed ADDA

        Idem. Avec le temps, on fini par comprendre 😉

  • Alice

    Génial, cet article est vraiment bien fichu, à transmettre aux clients difficiles qui pensent qu’ils sont nos seuls clients 😉 . Pas plus tard qu’hier j’ai eu un mail d’une cliente qui répondait 2 semaines après l’envoi des mes maquettes : « Désolée semaine très chargée, peux tu me faire toutes ces déclis au plus vite. » (avec une tonne de retours).
    Merci pour tes posts à chaque fois bien censés.

  • Pingback: Formations | Pearltrees

  • Virgil Prudhomme

    J’ajouterai également que le freelance doit payer lui-même son matériel, ses licences, ce sont des frais considérables à prendre en compte !

  • Virgil Prudhomme

    Et contrairement à un salarié où l’employeur paye des charges, en prenant un freelance ça lui coûte beaucoup moins cher ! Et en fin de mission pas de solde de tout compte ni rien.
    Un client m’a demandé une mission un jour pour une compèt’, en proposant de me payer que si c’était gagné et avec comme excuse « tu sais si c’est perdu, c’est perdu pour tout le monde ». Sauf que les salariés de l’agence ont toujours leur salaire à la fin du mois même si c’est perdu…

    • http://jonathanpath.com/ Jonathan Path

      Totalement d’accord !

Apprenez à générer un flux de clients très régulier

Recevez notre ebook gratuit et notre formation vidéo

J'en profite