Vous êtes nouveau par ici ? Vous voulez apprendre à générer un flux de client très régulier ? Téléchargez notre ebook gratuit et recevez notre formation vidéo

Freelance, comment trouver des clients de qualité ?

Crédit photo : Financial Times photos – https://www.flickr.com/photos/financialtimes/8785432136/sizes/l/

Pour couvrir de la manière la plus large possible les questionnements et les réponses autour de cette question, nous avons voulu faire intervenir trois freelances avec des profils différents : un designer (Tommy Roussel), un développeur (Guillaume Sempé) et un webdesigner polyvalent (Francis Chouquet).

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Tommy Roussel

Je suis un designer autodidacte. Je suis passionné par les sports de glisse et les voyages. Je profite de mon statut de freelance pour travailler quand il le faut et le reste du temps je profite de la vie. Concernant mon parcours, j’ai énormément misé sur Dribbble et j’ai évité le parcours classique du passage obligatoire en agence. Au fur et à mesure, en travaillant dur, j’ai fait des créations qui se sont fait remarquer.

Francis Chouquet

Graphiste depuis plus de 10 ans, je suis assez polyvalent, faisant aussi bien du webdesign, de l’intégration, du développement WordPress, mais aussi du branding et de l’illustration. Ces derniers mois, j’ai essayé de me focaliser un peu plus sur le lettrage et j’espère en faire une activité à temps plein un jour 😉

Guillaume Sempé

J’ai été pendant plusieurs années ingénieur dans un bureau d’étude qui réalise des systèmes embarqués principalement en C. Au bout de 5 / 6 ans, j’ai été fatigué du monde de l’industrie et je me suis lancé en freelance. Je me suis spécialisé en iOS, qui était à ce moment-là, la plateforme reine pour le grand public. Depuis, j’ai réalisé plusieurs applications iPhone/iPad et j’ai ainsi travaillé sur des corrections/évolutions. Voici quelques exemples de projets auxquels j’ai participé : Fotolia, Ulteo et Mention.

Quelle technique marketing pour trouver des clients a le mieux marché pour vous ?

Tommy Roussel

J’ai tout misé sur Dribbble. J’ai commencé en tant que designer au moment ou Dribbble faisait le buzz. À l’époque, je me distingué en faisant du design d’interface utilisateur (ou UI design) détaillé. La première création qui a fait parlé d’elle était le redesign d’une application de Google. À l’époque, les redesigns n’étaient pas encore une pratique courante comme cela l’est qu’aujourd’hui. J’y ai introduit de nouveaux concepts qui apparemment ont beaucoup plu. J’ai gagné 200 followers et des contacts avec le géant Google ! Ensuite, en cherchant à me distinguer des autres designers, j’ai fait une création pour Sush.io, un projet client. Ce projet m’a apporté beaucoup de recommandation et de visibilité sur la Dribbble.

Pour moi, le circuit classique du passage par l’agence web ne me plaisait pas. J’ai voulu me confronter aux meilleurs designers et aujourd’hui je suis le 3ème designer français le plus suivi sur Dribbble. Et j’ai tellement de demandes que j’en relaye à mes d’amis designers.

Aujourd’hui, je me focalise plus sur le redesign mais plus sur l’innovation. C’est important, dans tous les cas, de se démarquer et d’avoir beaucoup de personnalité dans ces créations.

Francis Chouquet

Quand j’ai commencé, j’ai pas mal misé sur la communication sur internet, via principalement un blog (http://fran6art.com). Celui-ci a eu beaucoup de succès entre 2006 et 2010, avec des articles parlant principalement de WordPress et de Web Design. Ça m’a permis d’avoir une certaine visibilité et de gagner pas mal de projets clients. Ca m’a aussi permis d’écrire un livre sur WordPress chez Pearson. À partir de là, le networking s’est mis en place et je n’ai jamais vraiment eu besoin de faire de démarchage ni d’avoir un réel portfolio en ligne. Certains clients reviennent régulièrement pour de nouveaux projets et certains d’entre eux transmettent mes coordonnées dès que quelqu’un autour d’eux a besoin d’un graphiste web ou print. C’est comme cela que fonctionne le networking. Sinon, avec le développement des réseaux sociaux, une présence sur Twitter a été très importante pour partager mes travaux au fil du temps. Ces derniers temps, Dribbble (http://dribbble.com/Fran6) et surtout Instagram (http://instagram.com/Fran6) ont un impact sur mes travaux de lettrage.

En résumé, selon moi, les meilleures techniques sont le networking et l’utilisation des réseaux sociaux.

Guillaume Sempé

Ce qui a fonctionné le mieux pour moi a été le réseau que j’ai construit rapidement. En tant que développeur, j’ai commencé par créer des liens avec d’autres développeurs. Par exemple, j’ai créé une communauté de développeur iOS sur Facebook et j’ai aussi créé une liste Twitter focalisée + une autre des Toulousains aussi très focalisée ios pour interagir précisément avec tous ceux qui ont les mêmes intérêts que moi et qui pourraient éventuellement avoir besoin de moi. Sans oublier les conférences et les rencontres mensuelles comme les cocoaheads. J’ai aussi développé mon réseau d’entrepreneurs. J’ai participé à plusieurs startupweekends et régulièrement à des apéros entrepreneurs. Finalement, j’ai développé mon réseau de designers avec qui j’interagis quotidiennement. Je réagis sur leur travail et j’essaye d’être disponible quand ils ont un souci. Toutes ces actions “sociales” du quotidien m’ont permis de construire un réseau. C’est la technique qui a fonctionné pour moi.

Qu’est-ce qui vous a permis de trouver des clients de qualité ?

Tommy Roussel

Je me base énormément sur le relationnel avec mes clients. Je regarde si j’ai un bon feeling humain avant même de regarder le projet. J’évite les clients désagréables et ceux qui me prennent de haut. Ensuite, il faut que le projet m’intéresse. Et je travaille dur pour satisfaire mes clients et j’essaye même aller au-delà de ses attentes. J’évite de faire les designs ou les concepts déjà vus. Voici le type de demandes que je refuse : « Je voudrais ce design-là comme vous l’avez déjà fait pour tel client”. Je n’hésite pas à dire non en expliquant mes raisons et je relaye à mon réseau.

Je ne remplis pas planning à l’avance. Je sélectionne beaucoup de cette façon-là parce que je n’ai plus de contraintes financières. De plus, je n’hésite pas à explorer des terrains inconnus et risqués, c’est souvent là-bas que ce trouve les supers contrats.

Francis Chouquet

Pour trouver des clients de qualité, j’ai beaucoup misé sur ma valeur ajoutée. Je suis toujours parti du principe que le fait de faire appel à un freelance ne répond pas forcément au fait de combler un manque et de faire un travail souvent exécutif. Mais je crois que faire appel à un freelance correspond plutôt au faire de faire appel à un expert qui connaît bien son métier et qui va apporter une valeur ajoutée au projet.

Du coup, dans tout projet, j’essaie d’apporter un plus, d’être force de proposition. Je veux surtout que les gens viennent vers moi parce qu’ils ont envie de travailler avec moi et parce qu’ils me font confiance. Tout cela se met en place au fur et à mesure des projets. Il faut mettre en place des relations de confiance avec les clients et faire en sorte que ceux-ci soient satisfaits de la collaboration, qu’ils aient envie de retravailler avec vous. Quand c’est le cas, ils vous recommandent à d’autres.

Guillaume Sempé

Le point le plus important pour trouver des clients de qualité est le fait d’avoir un tarif suffisamment élevé. J’ai beaucoup fait l’erreur d’avoir un tarif trop faible. Je travaillais plus, mais je ne travaillais pas avec des clients de qualité qui sont prêts à s’investir dans leur propre projet. Un taux plus élevé engendre plus de pression sur le freelance et filtre les clients inexpérimentés.

Quels conseils pouvez-vous donner à un freelance qui se lance ?

Tommy Roussel

  • Il faut se distinguer avec des créations vraiment personnelles. Les bonnes startups sont à l’affut des designers qui se démarquent.
  • Il faut créer son réseau et l’animer.
  • Il faut travailler dur chaque jour et ne pas rester en terrain conquis. Il faut oser expérimenter et innover. On les connaît les rockstars sur Dribble. Il faut oser faire des choses différentes, et il ne faut pas forcément chercher les “likes” à tout prix.
  • Ne restez jamais dans votre zone de confort. Il faut oser bouger vers d’autres secteurs. En tant que freelance, il faut voir les choses comme un entrepreneur. Il faut élaborer une stratégie et pour avoir des objectifs clairs pour votre carrière. En tant que freelance, vous êtes seul, personne ne le fera à votre place.

Francis Chouquet

Tout dépend du domaine du freelance, quoi qu’il en soit, c’est important de montrer des travaux, même personnels, pour permettre d’être visible. C’est peut-être ce qu’il y a de plus important : être visible pour attirer des clients potentiels. Cela passe par une présence sur les réseaux sociaux et par une bonne communication pour se faire connaître. Si vous avez une expertise ou un domaine que vous appréciez particulièrement, n’hésitez pas non plus à partager vos connaissances, cela risque d’intéresser du monde. Pour ce qui est du design, c’est pertinent d’être présent sur Dribbble et Behance pour montrer ce que vous faites. Au début, vous ferez peut-être des projets personnels, mais montrez-les aussi. De plus en plus de recruteurs ou de clients attachent de l’importance aussi aux projets personnels, qui sont parfois plus motivants que les projets clients.

Guillaume Sempé

Si j’étais actuellement à la recherche de mes premiers clients, je commencerais par donner de mon temps à la communauté en publiant des librairies, des exemples de projet ou des composants utiles. Github est la place des développeurs à cet effet.

Qu’en pensez-vous ?

N’hésitez pas à partager votre expérience et votre avis en commentaire. Vous pouvez aussi participer à la discussion avec le hashtag #freelanceFr. Nous vous proposons d’utiliser ce hashtag pour interagir avec la communauté freelance francophone.

Un grand merci aux freelances interviewés. N’hésitez pas à en savoir plus sur eux :

Vous avez apprécié cet article ?
Partagez-le avec d'autres freelances !
Partager Twitter +1
Article de <?php the_author() ?>

Xavier est développeur pour Startup. Il a 10 ans d’expérience dans le développement d’application web et mobile. Il aide les Startups à concevoir des produits optimisés en vue de l’adoption utilisateurs. Il les conseille en sélectionnant avec eux les meilleures fonctionnalités du produit. Il fournit un service à valeur ajoutée dès le premier jour de collaboration.

Voir son site
  • Octav

    Ravi de cette lecture, ce sont d’excellents conseils ! Bonne continuation

    • http://jonathanpath.com/ Jonathan Path

      Effectivement ! Content que ca te plaise !

  • http://www.beasty.me beasty

    de très bon conseil donné par des bons 😉

    • http://jonathanpath.com/ Jonathan Path

      On a effectivement essayé de prendre de très bons freelances qui savent de quoi ils parlent !

  • Etienne

    Pareil, monter le tarif aide beaucoup à filtrer les mauvais clients. Autre conseil : se spécialiser dans une niche.

    • http://xavier-carpentier.fr/ Xavier Carpentier

      Je suis d’accord. Merci pour ton commentaire.

  • http://www.carrierepunch.com Uriel Megnassan

    Excellent article. Il y a de nombreux leviers exploitables pour trouver les meilleurs clients. Celui qui me parait le plus important est la « valeur perçue » de notre service. Plus notre offre sera haut de gamme, plus les mauvais clients seront éliminés comme le dit Étienne. Il ne restera plus que ceux qui sont sensibles à la valeur que nous pouvons leur apporter. Tous ceux qui cherchent des prestations discount auront déjà détalé.

  • http://www.weblicious.be weblicious

    Bons conseils, je prend note 🙂

  • Pingback: La psychologie derrière un prix au-dessus de la concurrence — Carrière Punch

Apprenez à générer un flux de clients très régulier

Recevez notre ebook gratuit et notre formation vidéo

J'en profite