Vous êtes nouveau par ici ? Vous voulez apprendre à générer un flux de client très régulier ? Téléchargez notre ebook gratuit et recevez notre formation vidéo

Le guide ultime pour devenir freelance et sécuriser son activité

: Je dis souvent que devenir freelance a été un des meilleurs choix de ma vie ! Se lancer à son propre compte est une grande aventure. Je rencontre constamment de nouvelles personnes, que ce soit des clients, des autres indépendants ainsi que des membres de la communauté web.

Cela fait maintenant plus de 6 ans que je me suis lancé en freelance. Au début, je faisais des semaines de 60 heures pour générer un chiffre d’affaires de moins de 40 000€, alors qu’aujourd’hui, je ne travaille moins de 30 heures par semaine et j’arrive à faire 100 000€ de CA. J’ai fait beaucoup d’erreurs, ce qui m’a permis d’apprendre de nombreuses leçons que je vais vous communiquer dans cet article.

Je ne définis pas le succès uniquement par la somme qu’on est capable de gagner, mais par le privilège de faire un métier qui nous plaît et de pouvoir l’exercer comme bon nous semble. Je ne veux pas non plus vous faire croire que c’est facile de se lancer et que tout est simple pour moi maintenant. Gérer une entreprise est un réel challenge. Plus le temps passe, plus j’ai de charges à payer. Si vous regardez les différentes statistiques sur le nombre d’entreprises qui ferment, vous pouvez vite vous décourager. Mais je suis convaincu que c’est le moment de se lancer. Le marché du web y est propice. 

Cela fait déjà plus de 4 ans que je conseille des freelances. J’ai suivi différentes personnes qui ont rapidement percé. J’en profite pour vous recommander la lecture de 2 articles rédigés par des freelances que j’ai accompagnés :

Les conseils que je vais vous donner ne sont pas des recettes miracles. Mais je crois que si vous prenez le temps de les appliquer et que vous êtes passionné, vous pouvez tenter l’aventure.

Vous n’avez pas le temps de lire l’article en entier ? Recevez la version ebook par email gratuitement.

Sommaire

  1. Prêt à devenir freelance
  2. Mettez de l’argent de côté
  3. Prenez le temps de vous renseigner
  4. Mettez en place votre stratégie
  5. Mettez en place un portfolio de qualité
  6. Développez votre réseau
  7. Faites-vous conseiller par des freelances qui ont du succès
  8. Faites des devis clairs et efficaces
  9. Faites tout pour avoir des clients satisfaits
  10. Investissez constamment

1 – Prêt à devenir freelance ?

A – Ne vous lancez pas pour les mauvaises raisons

Au cours d’une séance de coaching, mon client m’a dit qu’il pensait que c’était très dur de réussir en tant que freelance. En creusant, j’ai réalisé que les freelances qu’il connaissait se sont tous lancés parce qu’ils ne trouvaient pas de travail (dans le monde du salariat). 

Si la raison pour laquelle vous ne trouvez pas de travail est le fait que vous manquez de compétences, il vaudrait mieux que vous continuiez à vous battre pour trouver un travail et monter en compétence.

D’autre part, ne vous lancez pas en freelance parce que vous voulez rester dans votre bulle. Ce n’est pas possible de réussir en tant que freelance en restant constamment enfermé chez soi. Un freelance doit constamment se vendre. Cela passe par un bon relationnel. D’autre part, pour développer son activité, il est préférable de constamment entrer en relation avec d’autres freelances.

B – Il vaut mieux être bien formé

Il est difficile de devenir rapidement compétent en étant seul. En travaillant dans une équipe, on remettra votre travail en question et l’on vous formera. En prenant le temps de vous développer au sein d’agences web, startups ou autres entreprises, vous développerez naturellement votre réseau. Cela vous permettra d’avoir déjà des contacts clés lors du lancement de votre activité. Si vous êtes étudiant, je vous conseille vivement de faire une formation en alternance.

Plus vous serrez capable de vous former seul, plus vous serez prêt à vous lancer dans l’aventure freelance. Certaines personnes sont prêtes à se lancer à la fin de leurs études parce qu’elles ont déjà travaillé sur de nombreux projets personnels en cherchant constamment à s’améliorer.

Si vous vous lancez alors que vos compétences sont encore fragiles, vous risquez :

  • de faire uniquement des projets à petits budgets,
  • d’avoir des clients qui ne seront pas satisfaits,
  • et d’avoir des problèmes que vous ne saurez pas gérer (exemple pour un développeur : un client fâché parce que son site e-commerce est tombé en panne).

Toutefois, vous pouvez également tenter l’approche d’un freelance que j’ai accompagné. Philippe s’est lancé en freelance tout de suite après avoir terminé sa formation. C’était risqué, mais il a fait quelque chose qui a fait la différence. Il m’a demandé si je pouvais l’accompagner pour ses débuts — ce que j’ai accepté. Pendant sa première année, je lui ai sous-traité une partie de mon travail, et je l’ai accompagné sur ses projets. Le deal financier était le suivant : il me refilait 50% de son bénéfice, ce qui peut paraître énorme, mais comparé au temps que je lui aie donné, et les années qu’il a gagné, c’était un deal très correct. Aujourd’hui, Philippe est un webdesigner freelance qui s’en sort bien — n’hésitez pas à jeter un oeil à son portfolio !

C – Il faut être passionné

Devenir indépendant vous ouvrira la porte à de nombreux avantages. Quand on s’en sort bien, on peut travailler quand on veut, où l’on veut, avec qui l’on veut. Mais pour y arriver, il faudra être patient et persévérant. Un freelance n’a pas la sécurité financière d’un CDI. Si vous arrêtez votre activité, vous n’avez pas le droit aux allocations chômage. Devenir freelance est passionnant. Mais il faut que vous ayez l’âme d’un aventurier. Sinon, face à la première difficulté vous baisserez les bras. Croyez-moi, vous en rencontrerez.

Préparez-vous à faire de la comptabilité, du travail administratif, du commercial, du marketing ainsi que l’activité principale de votre entreprise. Si vous n’êtes pas rigoureux, vous serez rapidement dépassé par toutes vos responsabilités.

Je ne veux pas vendre du rêve. Tout le monde ne peut pas devenir un freelance qui cartonne. Mais si vous sentez que vous avez la trempe et que vous êtes passionné, je vous encourage à construire un projet en béton pour créer son entreprise (autoentrepreneur, sasu, portage salarial), travailler en freelance et devenir son propre patron.

Vous n’avez pas le temps de lire l’article en entier ? Recevez la version ebook par email gratuitement.

2 – Mettez de l’argent de côté

Avec la participation de Martin Greder, ancien Conseiller Développement Jeunes Entreprises à la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin.

Si vous pouvez vous le permettre, je vous encourage vivement à constamment mettre de l’argent de côté. Au début, cela vous permettra de prendre le temps de faire un portfolio de qualité, de vous renseigner sur les questions administratives et de développer votre réseau. Vous aurez ainsi moins de pression pour relancer des clients pour un paiement en retard, ce qui vous fera gagner beaucoup d’énergie. Si vous avez un coup dur, un accident ou un contrat qui se passe mal, vous pourrez vous dégager du stress financier. Voici 3 solutions que vous pouvez envisager :

A. Lancer l’activité à côté d’un emploi ou de ses études

Vous pouvez lancer votre entreprise alors que vous êtes encore salarié ou étudiant. Toutes les formes juridiques d’entreprise peuvent cohabiter avec un emploi salarié : auto-entrepreneur, entreprise individuelle (micro entreprise ou réel – eirl/eurl), société, etc. Il faut simplement en avoir informé son employeur. Cela vous permet de mettre de l’argent de côté. Vous avez également le temps de peaufiner votre projet et de commencer avec des prix compétitifs. Par contre, créez votre entreprise uniquement après vous être renseigné sur le statut juridique. Il faut savoir que vous avez le droit à l’ACCRE (exonération de charges sociales du dirigeant la première année). Pour cela, retirez un formulaire au Centre de Formalités des Entreprises compétent selon votre projet.

B. Profiter de ses droits de chômage

Si vous êtes en mesure de bénéficier du chômage, profitez-en pour lancer votre activité sereinement avec une sécurité financière.

Avec le capital chômage
Vous avez le droit d’utiliser votre capital chômage à condition de créer votre entreprise (auto-entreprise comprise) après avoir quitté votre poste. Voici la règle de versement des ARE (Allocation de Retour à l’Emploi) sous forme de capital pour création d’entreprise est la suivante : 25% des droits Assedics sont versés en capitallors de la création, 25% au bout de 6 mois d’activité, le reste étant conservé par Pôle Emploi au cas où le créateur se retrouverait dans une situation de demandeur d’emploi dans les 3 ans.

Sans le droit au capital
Si vous n’avez pas le droit d’injecter votre chômage dans votre capital, vous toucherez une somme tous les mois. Mais si vous gagnez une certaine somme avec votre activité d’indépendant, cela baissera la somme de votre indemnité. Si vous vous retrouvez dans ce cas de figure, je vous encourage à profiter de ces mois de chômage pour vous renseigner, mettre en place votre stratégie, développer votre réseau et peaufiner votre portfolio.

Avec une couveuse d’entreprise
Vous avez le droit de bénéficier de votre chômage chaque mois tout en commençant votre activité à condition de rejoindre une couveuse d’entreprise (dispositif d’accompagnement à la création d’entreprise). Vous bénéficierez en plus d’un accompagnement juridique, comptable et stratégique.

C. Habiter chez ses parents

Si vous avez encore la possibilité d’habiter chez vos parents, cela peut être une bonne solution pour prendre le temps de lancer votre activité. Normalement, une année d’activité devrait largement suffire pour générer un salaire correct et pour avoir les moyens de vous payer un logement.

D. Le love money

C’est une pratique répandue pour financer la création d’une startup. L’idée est simple : les fondateurs récoltent des fonds auprès de leurs proches. Ça permet de démarrer un projet assez rapidement tout en ayant du cash pour avoir des mois de trésorerie d’avance. Généralement, une startup ne gagne pas de l’argent tout de suite. Il y a pas mal d’étapes préalables.

Et ça fonctionne de manière beaucoup plus simple pour les freelances. Déterminez de combien vous avez besoin pour avoir 3 à 6 mois de trésorerie d’avance. Puis, prenez conscience que c’est votre droit de demander l’aide de vos proches. C’est très évident dans les communautés asiatiques. À votre avis, comment ils font pour avoir autant de restaurants en France alors qu’ils sont immigrés ? C’est parce qu’ils ont la culture de l’entraide. Bref, même si vous n’avez pas les yeux bridés comme moi (je suis moitié cambodgien), profitez-en.

Et rassurez-vous, je vais vous donner l’argument clé à donner à vos proches pour qu’ils aient plus de chance d’accepter. Dites-leur que cet argent va vous servir à investir dans votre activité. Dites-leur également que grâce à ces investissements votre activité a de grandes choses de décoller. 

Vous n’avez pas le temps de lire l’article en entier ? Recevez la version ebook par email gratuitement.

3 – Prenez le temps de vous renseigner

Avec la participation de Alexandra Lopez, Juriste à son compte

Entourez-vous de conseillers

J’ai fait beaucoup d’erreurs tout simplement parce que je n’avais pas pris le temps de me renseigner. N’hésitez pas à demander des conseils à tous les entrepreneurs que vous connaissez. Soyez bien entouré au point de vue juridique, comptable et administratif. Si vous avez les moyens, n’hésitez pas à rencontrer des juristes en droit des sociétés, des comptables, des conseillers  financiers et des conseillers en assurance. Si vous connaissez des personnes dans votre entourage avec ces compétences, c’est encore mieux. Il y a des organismes qui organisent des formations gratuites pour les personnes désirant créer leur propre entreprise. Profitez-en ! Allez voir du côté de :

Anticipez sur le long terme

Si vous vous lancez en tant qu’auto-entrepreneur, renseignez-vous sur les démarches qu’il y aura à faire lorsque vous dépasserez le chiffre d’affaires annuel maximum. Pour ma part, je manquais d’informations et j’ai appelé un comptable après avoir dépassé le seuil. Il m’a vraiment sorti d’une grosse difficulté, mais cela m’a quand même coûté plusieurs milliers d’euros.

Plus vous anticiperez, plus vous vous faciliterez la tâche lorsque vous serez face à un problème. Voici quelques actions simples qui pourront vous épargner bien des difficultés :

  • Ouvrez un compte professionnel pour tous les gains et dépenses liés à votre activité professionnelle.
  • Contractez une assurance professionnelle pour éviter de payer une grande somme suite à une erreur qui a fait perdre de l’argent à un client (je vous recommande Hiscox).
  • Profitez d’une mutuelle proposée par une entreprise spécialisée pour les freelances pour être bien couvert en cas de pépin de santé : Découvrez Wemind
  • Faites lire les mentions légales de vos devis ou de vos contrats par un avocat ou un juriste.
  • Renseignez-vous pour avoir un tarif journalier qui prend en compte toutes les charges et les réalités de la vie de freelance. Pour en savoir plus, lisez notre article : Comment définir votre tarif de freelance ?

Je sais que tout ce que je viens de vous dire n’est pas attractif, mais vous gagnerez des heures et beaucoup d’argent si vous pensez à ces questions avant de vous lancer. Je vous garantis que la suite va vous faire davantage rêver 😎 !

Vous n’avez pas le temps de lire l’article en entier ? Recevez la version ebook par email gratuitement.

4 – Mettez en place votre stratégie

Réfléchissez avec quel type de client vous voulez travailler et quels types de projets vous aimerez faire. En fonction de votre choix, votre stratégie pour trouver des clients sera totalement différente.

Travailler avec des particuliers et/ou des petites entreprises

Quand vous parlerez de votre projet freelance à votre entourage, il y aura probablement des personnes qui auront besoin d’un site, d’un logo, de photos ou d’une vidéo. Ainsi, il sera assez facile de trouver votre premier client. Voici à quoi vous attendre si vous choisissez de travailler avec cette cible :

Petits budgets
En général, les particuliers et les petites entreprises n’ont pas de grands budgets pour leurs projets. Du coup, vous vous retrouverez probablement avec beaucoup de petits projets.

Prestations globales
Ils s’attendront souvent à ce que vous gériez leur projet de A à Z. Si vous êtes designer ou développeur, ils s’attendront que vous fassiez leur site dans sa globalité. Implicitement, cela inclut également le marketing. Vous avez ainsi le choix de tout faire même si vous n’êtes pas compétent dans tous les domaines ou de travailler avec des partenaires qui ont des compétences complémentaires. Mais attendez-vous à faire de la gestion de projet.

Beaucoup d’explications
Étant donné que la plupart de ces clients n’ont pas une grande culture web, vous devrez justifier en détail chacun de vos choix. Dans le cas d’un site web, il faudra expliquer comment un CMS fonctionne. Il faut avoir conscience que cela vous prendra beaucoup de temps.

Le freelance agence web
Vous allez être sur tous les fronts : gestion de projets, design, développement, maintenance, etc. Vous allez ainsi développer un profil polyvalent.

Travailler avec des startups

Avec la participation de Régis Millet, développeur Ruby on Rails freelance et CTO de 2 startups

Si vous souhaitez travailler avec des startups, vous pouvez essayer d’entrer dans des réseaux d’étudiants d’école de commerce et des réseaux d’entrepreneurs. Je vous encourage à participer à des évènements tels que les Startup Weekend. Participer à de tels évènements est efficace pour créer beaucoup de connexions dans le milieu.

Vous pouvez également bloguer sur votre domaine de compétence. Se spécialiser dans une technologie, c’est vraiment efficace pour attirer les startups. Par contre, il faut bien faire attention qu’il faut plus qu’une seule compétence pour satisfaire pleinement les exigences d’une startup. Il faut être un peu hybride au départ et monter en compétence en même temps que la startup se développe. Bosser avec une startup est extrêmement formateur sur tous les plans.

Beaucoup de startups contactent des prestataires en leur proposant de s’associer ou un paiement, à condition qu’ils arrivent à lever des fonds. Pourquoi ne pas tenter l’aventure si vous avez une sécurité financière ? Il faut tout de même savoir que beaucoup ne réussiront pas à être rentables. Heureusement qu’il y a aussi des startups qui ont des fonds. Certaines startups pourront vous proposer un mixte entre rémunération et actions dans la société. Si possible, il vaut mieux négocier ce genre de paiement. Cela rassure le prestataire de recevoir une rémunération et la startup peut être flexible au niveau de ses fonds.

Si vous arrivez à travailler avec des startups qui ont des fonds, vous aurez aussi des chances de travailler sur de gros contrats et sur plusieurs mois. Financièrement, cela est très intéressant pour un freelance. Cela vous assure une stabilité et une grande entrée d’argent sur plusieurs mois. Par contre, il faudrait mettre en place un contrat qui vous assura des paiements réguliers. Tous les mois par exemple. Sinon, vous prenez trop de risques en cas de non-paiement. Vous pouvez également imaginer facturer le nombre d’heures que vous avez passés sur le projet chaque mois. 

Les startups cherchent des UI et UX designers, des développeurs front-end et des développeurs Ruby on Rails. Choisissez bien les mots qui vont décrire votre activité pour qu’ils soient intéressés par vous. Si vous êtes un développeur très compétent, je vous encourage à postuler pour le réseau Toptal (il faut savoir parler en anglais) qui vous mettra en relation avec les meilleures startups du monde.

Elles recherchent aussi beaucoup des CTO « couteau suisse ». Des développeurs qui savent effectivement développer, mais qui possèdent aussi de solides compétences en administration système et d’autres domaines. Car au départ, si une startup n’a pas les fonds pour payer un développeur à son tarif maximum, elle en a encore moins pour payer plusieurs personnes avec différentes compétences.

Travailler avec des agences web

Avec la participation de Ryad Karar, UI/UX designer & front-end développeur freelance

Beaucoup d’agences travaillent avec des freelances. Il faut savoir que certaines d’entre elles ne s’occupent que de la gestion de projet et sous-traitent constamment la réalisation des projets. Soyez conscient qu’il y a des besoins et que vous pourriez y répondre. 

Les agences web travaillent souvent avec plusieurs freelances. Ceci étant, les profils sont plus spécifiques : webdesigner, développeur front-end, développeur back-end, etc. Les projets que proposent les agences sont de plus grandes envergures que ceux que vous pouvez réaliser seul. C’est pourquoi les agences préfèrent travailler avec des freelances vraiment compétents et surtout avec des belles références.

Je connais pas mal de freelances qui ont réussi à travailler avec plusieurs agences web en osant les démarcher. Voici comment vous pouvez y arriver :

  1. Faites un document Excel avec toutes les agences web avec lesquelles vous aimeriez travailler.
  2. Contactez-les par mail en faisant pour chacune d’elles un email personnalisé.
  3. Appelez-les et essayez d’avoir un rendez-vous avec la personne clé.
  4. N’hésitez pas à vous rendre sur place a n de créer un lien.
  5. Suivez-les sur Twitter et “likez” leur page Facebook.

Sachez que beaucoup d’agences se tournent vers Twitter pour chercher des freelances.

Il y a beaucoup d’avantages à être sous-traitant d’agences web :

  • vous n’avez plus besoin de faire la gestion de projet ni de gérer le client.
  • vos interlocuteurs ont une bonne culture web.
  • vous pouvez travailler sur des projets valorisants.
  • vous ne vendez pas ce que vous ne maîtrisez pas.
  • c’est plus simple de justifier un tarif élevé (en particulier les agences qui travaillent avec des gros clients)
  • il y a régulièrement de nouvelles missions.

Lisez l’article « comment réussir à travailler avec des agences » si vous voulez en savoir plus.

Les agents de freelances

Les agents de freelances aident les entreprises, qui sont souvent des agences web, à trouver des freelances disponibles. En contrepartie, ils récupèrent un pourcentage de la prestation. Cela reste très avantageux pour un freelance. C’est eux qui se chargent de la relation avec le client. N’hésitez pas à tenter votre chance, mais sachez qu’ils sont très sélectifs. Voici 5 agents de freelances en France :

Places de marché et SSII (plus spécifique aux développeurs)

Avec la participation de Jean-Marius Melagne, freelance informatique en intégration web & serial-entrepreneur

Si vous êtes un développeur, sachez que des SSII (le nouveau nom officiel des SSII est ESN : Entreprise de Service Numérique) cherchent des freelances pour les placer dans des entreprises pour des missions de plusieurs mois. C’est probablement une des solutions les plus rentables. Je connais des freelances qui font des missions pour des SSII qui travaillent à 400€ la journée. Sur un mois, cela leur fait un chiffre d’affaires de 8000€.

Comment trouver des missions ?

Renseignez votre profil sur une place de marché en ligne comme FreelanceRepublik. La méthode est simple : vous passez un round initial de présélection; si vous le réussissez, FreelanceRepublik vous proposera alors uniquement des missions correspondant à votre profil et à vos attentes (voir l’étude de cas de Jean-Marius Melagne). La plupart de ces missions, de longue durée, s’effectuent chez le client : vous devez donc être sur place ou être prêt à vous déplacer.

Les missions courtes peuvent durer de 1 à 4 mois. On peut les appeler des interventions ponctuelles. Cela correspond souvent au besoin d’un expert pour résoudre les problèmes rencontrés.

Ce type de missions vous permet :

  • d’avoir une sensation de liberté
  • de découvrir rapidement différentes structures
  • de partager ses connaissances et apprendre des autres

Les missions longues de 6 mois et plus d’un an vous permettent une certaine assise financière. L’inconvénient majeur est que l’on fonctionne comme un salarié. Or, la vocation d’un freelance, c’est de ne pas se sentir dépendant. La durée des missions que vous allez choisir doit dépendre de vos objectifs.

L’état d’esprit

Il y a une certaine logique à adopter quand on est freelance pour une SSII. Il faut viser la satisfaction totale du client de sorte qu’il garde une excellente image de notre travail. L’objectif est de se faire recommander ou simplement de le pousser à faire appel à vos services dès qu’il y a un besoin.

Il est important d’avoir une bonne connaissance du marché : les évolutions des tarifs et de la demande. Il est possible de négocier que lorsqu’on a assez d’éléments pour négocier : un excellent CV et de belles références. Il faut toujours garder à l’esprit qu’il y a une marge de manœuvre. « Le client me propose 300€/jour pour cette mission, mais j’aimerais négocier pour 400€. On part finalement sur 340€. Mais, n’oubliez pas que c’est exceptionnel, je ne travaille pas à ce tarif habituellement. On réajustera pour la prochaine mission… » Et, une relation s’instaure. On parle alors de partenariat, c’est du gagnant – gagnant.

Vous n’avez pas le temps de lire l’article en entier ? Recevez la version ebook par email gratuitement.

5 – Mettez en place un portfolio de qualité

Avec la participation de Sacha Greif, designer, développeur et entrepreneur.

A. Prenez le temps de le soigner

Dans la plupart des cas, ce sera votre portfolio qui déterminera si une personne souhaite travailler avec vous. Cela vaut vraiment la peine que vous preniez du temps pour le réaliser.

Si vous n’avez pas beaucoup de projets à montrer, n’hésitez pas à faire quelques projets personnels. Vous pouvez trouver quelques exemples en cherchant “concept” sur Sidebar. Essayez d’y investir du temps pour que ce soit le plus vendeur possible. Il faut savoir que quand vous serez lancés, ce sera plus difficile de prendre du temps pour votre portfolio. Vous pouvez faire le design qui vous plaît. Il ne doit pas forcément plaire à un client : vous avez l’occasion de montrer votre véritable talent.

Gardez la même logique pour vos premiers clients. Visez la qualité même si vous prenez plus de temps que prévu. C’est un investissement pour le long terme. Je pense que 3 ou 4 projets de qualité suffisent pour avoir un portfolio qui va avoir un impact.

Et si vous n’avez pas le temps, il vaut mieux utiliser des modèles de sites existants ou des applications pour faire votre portfolio que de ne pas en avoir du tout. Pour les graphistes,vous pouvez utiliser Behance, DribbbleCargo Collective ou encore Dunked. Pour les développeurs, n’hésitez pas à acheter un thème WordPress sur ThemeForest par exemple.

B. Mettez en avant vos points forts

Votre veille et votre capacité d’analyse
Si vous voulez montrer que vous êtes actifs au niveau de la veille technologique et que vous avez une bonne capacité d’analyse, mettez un blog sur votre site. À la différence d’un projet de portfolio, un article de blog peut plus facilement devenir viral. Par exemple, un des consultants freelances qu’on a formé a écrit un article sur Medium qui lui a permis de générer pas mal de prospects.

Votre fiabilité
Essayez de récolter le maximum de témoignages d’anciens patrons ou de clients pour démontrer votre fiabilité. Si vous avez des certifications, mettez-les en avant ! Kevin Holer, un de nos étudiants, l’a fait avec grande pertinence sur son site de création de visites virtuelles.

Votre créativité
Faites un portfolio innovant si vous voulez montrer votre créativité. Attention tout de même aux excès qui rendent le portfolio difficile à consulter. Vous trouverez de super exemples sur Awwwards.

Votre capacité à résoudre une problématique
Faites des études de cas pour montrer votre capacité à faire un projet qui répond à une problématique. Inspirez-vous du portfolio de Nerisson, un super designer.

Votre sourire
Mettez une photo professionnelle et souriez. J’ai régulièrement eu des retours positifs sur le fait que je mettais ma photo en avant et que j’ai un sourire sympa (je suis sûr que vous aussi 😃). N’hésitez pas à googler «Jonathan Path» pour vérifier cela.

C. Pensez au référencement

Quand j’ai voulu me lancer en freelance, j’ai décidé de prendre le temps de réfléchir au référencement. Quelques mois plus tard, je recevais plusieurs demandes de devis chaque semaine. Finalement, j’ai travaillé avec plusieurs startups grâce à Google. 

En fonction de la cible que vous avez choisie, définissez les mots clés qui vont définir votre activité. Utilisez l’outil de planification des mots-clés de Adwords pour analyser quels mots-clés sont recherchés et le niveau de concurrence. Pour ma part, à mes débuts, j’avais choisi de cibler les particuliers et petites entreprises. Je suis parti principalement sur “Webdesigner et webmaster” et cela a vraiment bien marché. C’était assez recherché et peu concurrentiel. Essayez de trouver quels sont les mots que votre cible utilise pour décrire ses besoins et votre activité.

Si vous voulez en savoir plus, lisez notre article qui explique comment trouver plus de clients grâce au référencement.

D. Partagez avec passion

Quand votre portfolio est prêt, insérez-le dans votre signature mail, faites vos cartes de visites et mettez votre lien dans tous vos réseaux sociaux. Si vous avez fait un site avec un design sur mesure, tentez votre chance sur Awwwards. Ils proposent même de se charger de votre candidature sur une 50aine d’autres galeries de beaux sites pour un prix attractif (je n’ai pas le mis le prix exact, parce qu’il risque d’évoluer, à vous d’aller voir si vous êtes intéressé 😇). C’est un investissement qui en vaut la peine !

Vous n’avez pas le temps de lire l’article en entier ? Recevez la version ebook par email gratuitement.

6 – Développez votre réseau

On m’a dit un jour que pour réussir en tant que freelance, il faut être bon et avoir un bon réseau. Cela peut paraître simpliste, mais il faut retenir que c’est vraiment vital de développer son réseau. Je connais des freelances qui réussissent uniquement grâce à leur réseau sans avoir de portfolio.

Partenariats avec d’autres freelances

Je n’ai jamais aimé refuser une mission par manque de disponibilité sans proposer une solution. C’est pourquoi j’ai décidé de créer un réseau de freelances qui s’appelle Greaaat dans lequel on peut se recommander mutuellement. J’ai tout fait pour que les relations entre les freelances soient basées sur la confiance. Quand on se fait confiance, on n’hésite pas à se recommander. Du coup, aujourd’hui, quand on me propose une mission et que je ne suis pas disponible, j’ai toujours un freelance partenaire à proposer.

Il y a des développeurs freelances qui cherchent des webdesigners avec qui travailler et c’est également le cas dans l’autre sens. Cherchez à vous connecter avec des freelances avec des compétences complémentaires. Il y aura forcément un moment où vous finirez par travailler ensemble. Par exemple, j’ai pu travailler avec Joël Rotelli, un développeur Drupal du réseau Greaaat qui avait besoin d’un partenaire intégrateur web.

Sur le web, il y a beaucoup de gens cools. N’hésitez pas à essayer d’entrer en relation avec un autre freelance en le contactant par mail. Vous pouvez simplement lui proposer de devenir partenaires. Je vous encourage à mettre en place ou à développer votre visibilité sur les réseaux professionnels comme Twitter, Dribbble pour les designers ou Github pour les développeurs. En étant actif, vous entrerez rapidement en relation avec d’autres travailleurs indépendants. Je suis devenu partenaire de Laurent Sutterlity grâce à Twitter. Et c’est avec lui que j’ai créé Greaaat.

Participez à des évènements

Ne vous contentez pas d’être connecté avec beaucoup de personnes à distance. Essayez de participer au maximum d’évènements de votre domaine d’activité. Vous y rencontrerez potentiellement vos futurs partenaires ou vos futurs clients.

Voici quelques ressources pour trouver les évènements qui vous correspondent :

Les meilleurs événements pour développeurs
Voici la liste des 30 évènements français pour développeurs les plus suivis sur Twitter.
En savoir plus sur Human Coders

Apéros entrepreneurs
Il y a des apéros pour entrepreneurs dans la plupart des grandes villes en France.
Apéros entrepreneurs

Pas d’évènement dans votre ville ?
S’il n’y a pas d’événements qui vous intéressent dans votre ville, n’hésitez pas à lancer une initiative. Quand je suis arrivé à Strasbourg, je me suis vite rendu compte qu’il n’y avait pas beaucoup d’événements web. J’ai lancé l’idée, et aujourd’hui, il y a un évènement tous les mois qui rassemble plus de 50 personnes.
WDSTR (webdesigners à strasbourg)

Développez votre réseau personnel

En fonction de votre cible, analysez si vous avez intérêt à développer votre réseau personnel. Cela peut être intéressant d’avoir des demandes de votre entourage, surtout en début d’activité. L’avantage du réseau personnel est que les personnes viendront vers vous avec un niveau de confiance élevé.

Je vous encourage à créer une page Facebook professionnelle. Cela permettra à votre entourage d’être au courant que vous lancez une activité freelance. Quand votre connaissance parlera avec une personne qui a besoin d’un freelance, elle parlera tout de suite de vous. Faites en sorte que la plupart de vos amis Facebook “likent” votre page. Pour ma part, avec un peu de culot, j’ai écrit sur mon mur personnel : “J’offre un café à chaque personne qui like ma page pro”. Cela m’a amené 50 nouveaux fans.

N’hésitez pas à également envoyer un email à vos contacts pour leur faire part de votre nouvelle activité. Si vous voulez faire un bel email, je vous recommande d’utiliser MailChimp.

Vous n’avez pas le temps de lire l’article en entier ? Recevez la version ebook par email gratuitement.

7 – Faites-vous conseiller par des freelances qui ont du succès

N’imaginez pas que vous arriverez à devenir un freelance qui cartonne uniquement en vous appuyant sur vos connaissances actuelles. Vous allez devoir vous former constamment, que ce soit au niveau technique ou concernant les problématiques du freelance. Pour cela, tournez-vous vers des freelances qui ont appris de leurs erreurs et ont découvert les clés du succès.

Ne reproduisez pas les mêmes erreurs que vos prédécesseurs 

Ne faites pas la même erreur que moi. Vous pouvez très rapidement devenir un freelance débordé, alors profitez de vos débuts pour prendre ce temps-là. Voici 2 erreurs que j’ai pu faire et qui m’ont appris de grandes leçons :

  • J’ai travaillé sur un contrat sur plusieurs mois. J’avais largement sous-estimé la charge de travail. J’ai perdu pas mal d’argent. J’étais constamment stressé par la situation. Ne faites pas
    la même erreur, commencez par des petits projets.
  • Un de mes premiers contrats a été du développement avec Magento, un CMS pour du e-commerce. Je me suis rapidement rendu compte que c’était vraiment trop complexe pour moi. À cause de ce projet, j’ai fait beaucoup de nuits blanches. Je vous conseille d’éviter de prendre des projets que vous ne maîtrisez pas en début d’activité.

Faites des interviews

Un bon moyen d’avoir les meilleurs conseils de freelances qui réussissent est de les interviewer. C’est ce que je conseille aux freelances que je coache. L’interview est un bon moyen de valoriser le freelance. Vous lui permettez d’avoir plus de visibilité. Vous pouvez même imaginer proposer l’interview pour le mettre sur FreelanceBoost ou un autre blog qui a déjà une audience pour lui assurer une bonne visibilité.

Vous n’avez pas le temps de lire l’article en entier ? Recevez la version ebook par email gratuitement.

8 – Faites des devis clairs et efficaces

Avec la participation de Fabrice Delaneau, designer indépendant et fondateur de Freelancer App

Soyez le plus précis possible

Il est important qu’un devis puisse être lu et compris par quelqu’un qui n’est pas du métier, votre client généralement, mais également un juge si cela se passe mal. Il faut que vous expliquiez chaque terme technique. Par exemple, si vous devez faire un site responsive, expliquez ce que prend en compte le terme responsive pour vous. Sinon vous risquez d’avoir des surprises en fin de projet : “Votre site ne marche pas sur mon Blackberry”.

Il faut que vous détailliez comment chaque étape du projet va se dérouler. Anticipez les différents problèmes qui peuvent arriver. Une fois signé, votre devis est un contrat entre vous et votre client. Il est donc important que ce document définisse la marche à suivre en cas de problème et définisse la marche à suivre pour chacun des cas.

Par exemple : Un client valide votre devis, puis se désiste quelque temps après. Vous avez libéré du temps pour ce projet, vous avez éventuellement refusé des clients, il est donc logique que vous soyez dédommagé. Si vous n’avez rien précisé dans vos conditions générales de ventes (CGV), il va être très difficile de réclamer quoique ce soit à votre client. Par contre, si vous avez précisé qu’en cas d’abandon du projet, le client devra s’acquitter des prestations réalisées et de 20% des prestations restantes, vous pouvez lui envoyer directement une facture. Pensez à faire appel à un avocat ou à un juriste pour vous aider à rédiger des conditions générales de ventes sur mesure. C’est un investissement qui en vaut la peine, car un contrat bien défini permet souvent d’éviter d’aller jusqu’au procès.

Soyez réactifs

Si vous vous mettez à la place de vos prospects, vous pouvez imaginer que cela donne une bonne impression si vous êtes capables de faire un devis rapidement. Bien sûr, je ne dis pas de le bâcler, mais plutôt de mettre en place une méthode qui vous permettra d’être réactif.

Plusieurs applications existent pour gérer vos devis et factures. Leur but est de vous faire gagner du temps. Voici quelques avantages que vous pouvez en retirer :

  • mentions obligatoires à jour par rapport aux nouvelles lois
  • mise en place des modèles de devis que vous pouvez réutiliser
  • envoi automatique de vos devis
  • validation des devis en ligne
  • relance automatique en cas de non-paiement

Je vous recommande d’utiliser Freelancer App, une application adaptée aux freelances francophones.

Soyez sélectifs

Ne faites pas forcément un devis pour chaque personne qui vous en demande un. Vous aurez probablement à faire face à des personnes qui ont des demandes floues. Il faudra leur demander qu’ils vous donnent un brief plus précis ou alors facturer l’accompagnement pour rédiger un cahier des charges.

Quand quelqu’un qui vous connaît ou qui est venu par recommandation vous demande un devis, vous avez de bonnes chances de gagner le contrat. Elle ne sera pas forcément allée voir d’autres prestataires. De l’autre côté, il y a des personnes qui demandent un devis à 10 personnes et cherchent simplement la personne la moins chère.

Souvent, pour ne pas perdre de temps, je donne une fourchette de prix dès les premiers échanges de mails. Je saurais tout de suite si la personne n’a finalement qu’un budget de 200€ pour une création de site web. Je saurais si cela vaut la peine de faire un devis ou non. Pour aller plus loin, vous pouvez lire une fiche pratique sur ce sujet réalisée par Freelance App.

Augmentez vos chances de remporter le contrat en faisant une proposition commerciale

Ne vous contentez pas de simplement envoyer un devis. Faites en amont une proposition commerciale qui est un véritable dossier qui va démontrer votre savoir-faire, mais surtout, reformuler le besoin du client et les solutions que vous lui proposez. En utilisant cette approche, j’ai réussi à remporter des contrats à un tarif largement supérieur à celui de mes concurrents. Si vous voulez en savoir plus, je vous propose la lecture de l’article qui détaille comment rédiger une proposition commerciale.

Vous n’avez pas le temps de lire l’article en entier ? Recevez la version ebook par email gratuitement.

9 – Faites tout pour avoir des clients satisfaits

Avec la participation de Joël Rotelli, développeur Drupal freelance depuis 2006

Comment trouver des clients ?

Si vous voulez trouver des clients dès le lancement de votre activité, vous pouvez faire un portfolio avec un thème WordPress par exemple. Vous pouvez ensuite vous référencer sur tous les annuaires de freelances qui existent. Il existe pas mal de sites où vous pouvez voir des missions. Mais pour remporter un contrat, sachez qu’il y a de grandes chances qu’il faudra que vous fassiez un prix très bas face à de nombreux concurrents. Assez souvent,les prospects qui postent leurs missions sur ce type de sites recherchent le prestataire le moins cher. Attendez-vous à rencontrer des clients difficiles.

Prenez plutôt le temps de construire une stratégie sur le long terme. Ne vous attendez pas à avoir un carnet de commandes rempli immédiatement. Gardez à l’esprit que faire du travail de qualité, être disponible et réactif pour vos clients portera ses fruits et vous permettra de rester freelance pendant de nombreuses années.

Gérer les clients difficiles

Personne n’est à l’abri d’avoir des clients difficiles. Si vous vous rendez compte avant d’avoir signé un devis avec un prospect que vous risquez vraiment d’avoir des difficultés, il est encore temps de fuir. Il vaut mieux ne pas avoir de projets et se concentrer sur le prochain prospect, plutôt que de s’engager dans un projet douteux. D’où, encore une fois, l’importance d’avoir toujours une trésorerie en réserve.

Voici différents cas de figure pour lesquels je vous conseille de fuir :

  • le prospect vous propose de travailler au noir
  • votre prospect vous a menti sur un point
  • d’un jour à l’autre, le discours change
  • votre prospect essaye d’abuser de votre gentillesse

Si vous êtes engagé avec un devis ou un contrat signé, restez professionnel jusqu’au bout. Ne partez pas avant d’avoir terminé votre mission. Dans le réseau Greaaat, nous ne recrutons que des freelances qui ont cette mentalité. Sinon, on ne pourrait pas se faire confiance ni nous recommander. Même si le client vous manque de respect, ne lui parlez pas mal. Bien sûr, ne vous laissez pas faire, mais n’entrez pas dans son jeu. Veillez à garder une bonne réputation même si vous prévoyez déjà de ne plus jamais travailler avec ce client.

Soignez vos clients premiums

Faites tout pour satisfaire votre client, même quand cela se passe mal. Mais quand cela se passe bien, pensez sur le long terme. Un client satisfait reviendra forcément vers vous.

Voici le profil du client idéal que vous aurez vraiment intérêt à soigner :

  • il paye bien et rapidement
  • il est réactif
  • il est vraiment à l’écoute de vos conseils

Donnez le meilleur de vous-même pour vos clients et ils seront vos meilleurs commerciaux. Un client satisfait vous recommandera dès que possible. Si vous travaillez avec des start-ups et des agences web, vous verrez qu’il y a beaucoup de besoins et que votre nom circulera.

Si vous voulez en savoir plus sur la gestion des clients, je vous recommande la lecture du livre Métier Webdesigner (qui est pertinent pour tous les corps de métier).

Vous n’avez pas le temps de lire l’article en entier ? Recevez la version ebook par email gratuitement.

10 – Investissez constamment

Quand vous êtes face au choix de dépenser ou non une somme pour le développement de l’activité, pensez toujours au retour sur investissement sur le long terme. Si vous prévoyez de toujours avoir une trésorerie bien remplie, cela vous permet d’investir constamment sans prendre trop de risques.

Investissez dans des applications et du matériel

Si vous êtes graphiste ou webdesigner, ne vous posez même pas la question si vous devez vous abonner à Creative Could. N’utilisez pas vos logiciels de manière illégale, vous n’êtes jamais à l’abri d’un contrôle. Il y a tellement de logiciels qui vous permettront de gagner du temps et de faire un travail de meilleure qualité. Faites un tour sur ProductHunt pour découvrir les meilleurs logiciels de votre secteur d’activité. Par exemple, pour mieux gérer mes finances, je me suis d’abord abonné à Wisecash, ce qui m’a coûté 24$/mois. Cela m’a aidé à augmenter mes prix. Je peux clairement affirmer que ce fut un investissement qui en vaut la peine. Et aujourd’hui, je suis allé plus loin en faisant appel à un coach financier qui m’aide à optimiser mes finances entre les entrées et dépenses perso & pro.

Il y a également toutes sortes de plugins qui existent pour vous simplifier la vie et surtout pour vous faire gagner du temps que ce soit sur Photoshop ou pour la création d’un site web. Regardez si des plugins gratuits peuvent faire l’affaire. Mais si les versions payantes vous permettent d’être plus productif, posez-vous la question si c’est un investissement qui vaut le coup.

Et si vous n’avez pas d’ordinateur assez rapide, achetez en un nouveau ou faites les ajustements qu’il faut pour régler ce problème. Imaginez sur un an le nombre d’heures, voire de journées que vous allez perdre juste à cause de la lenteur de votre ordinateur. Prenez également tout de suite un 2ème écran, voire un 3ème (si vous faites de la vidéo par exemple).

Investissez dans le coworking

Si vous avez un espace de coworking dans votre ville, je vous encourage vivement à vous y installer. Cela a un coût, mais vous allez gagner de nouveaux partenaires, clients et prestataires. Il n’y a rien de mieux que de côtoyer d’autres entrepreneurs pour créer des relations de confiance.

Vous pouvez également imaginer louer un local avec d’autres freelances. Je connais également un freelance qui a pu faire de la sous-location avec une agence web. Vous pouvez imaginer que maintenant ils travaillent ensemble.

Et vous savez quoi ? Vous pouvez-même coworker chez vous ou chez un autre free lance grâce à Cohome 👏.

Investissez dans la formation et la veille

Prenez le temps de faire de la veille chaque jour autant que possible. Les métiers du web évoluent tellement vite. N’hésitez pas à investir dans des formations payantes pour vous perfectionner.

Voici quelques liens intéressants pour votre formation : 

Formation en développement web
Si vous souhaitez vous perfectionner en développement, n’hésitez pas à jeter un oeil au catalogue de formation de Human Coders.
Voir les formations de Human Coders

Formation pour les différents métiers de freelance
Découvrez toutes sortes de formations de qualité en présentiel sur Paris.
Voir les formations de la Mutinerie School

Formations pour monter en compétences marketing
Certaines formations peuvent vous permettre de doubler votre chiffre d’affaires. Cela paraît prétentieux, mais il faut que vous preniez conscience que vous pouvez gagner beaucoup de temps grâce à des conseils pertinents. Pour ma part, en 5 ans, je suis passé d’un tarif journalier de 250€ à 840€. J’ai pu faire cela parce que j’ai compris certains principes.

Conclusion

Si vous êtes arrivé jusqu’ici, c’est que vous êtes très motivé, bravo !

J’aimerais terminer en vous disant que si vous êtes compétent et que vous appliquez tous ces conseils, je suis sûr que cela marchera pour vous. Je vous encourage à prendre le temps de réfléchir à la manière d’appliquer chaque conseil.

Et enfin, si vous avez apprécié ce très gros article, ça m’aiderait beaucoup :

  1. que vous le partagiez sur les réseaux sociaux et par email à vos amis freelances (ou aspirants freelances).
  2. que vous allez plus loin en téléchargeant notre ebook qui vous aidera à vous différencier de vos concurrents : L’étape négligée par 99% des freelances
Vous avez apprécié cet article ?
Partagez-le avec d'autres freelances !
Partager Twitter +1
Article de <?php the_author() ?>

Jonathan accompagne des freelances depuis plusieurs années. Il explore les différentes techniques marketing pour les aider à se faire connaitre et à booster leur chiffre d'affaires. Il est lui-même freelance webdesigner et intégrateur depuis depuis 2011.

Voir son site

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Jonathan PathTemplate.pro Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Template.pro
Invité

Merci pour cet article complet Jon et bonne continuation en Israël (peut être que tu pourrais en parler sur ton blog : pourquoi et comment ?).

Fabien

Jonathan Path
Invité

avec plaisir – et oui c’est prévu 🙂

Apprenez à générer un flux de clients très régulier

Recevez notre ebook gratuit et notre formation vidéo

J'en profite